samedi, février 4, 2023
black
togocdeux
previous arrow
next arrow
More

    Laurent N’poh : ‘…l’Afrique doit repenser son développement…sinon, elle va disparaître’

    - Advertisement -

    Le Centre interafricain pour la promotion économique et les affaires (CIPEA) fait partie des institutions dirigées par de jeunes togolais qui ne laissent rien au hasard. Son Directeur général sait déjà de quoi l’année 2023 sera faite au Togo et en Afrique, surtout qu’une nouvelle corde vient s’ajouter à son arc.

    Laurent N’poh, dans les lignes qui suivent, prodigue des conseils aux coopératives qui cherchent du financement, donne une idée sur ce que sera la 3ème édition d’Agri Awards et parle de ses nouvelles fonctions dans une agence panafricaine.

    « Nous sommes dans une dynamique de développement agricole en Afrique. Il faut reconnaître que la Covid-19 est venue nous dire que l’Afrique doit se rasseoir et réfléchir sur son développement, sinon elle va disparaître. Et la table à laquelle l’Afrique doit s’asseoir, c’est la table agriculture et agrobusiness », a lancé au cours d’un entretien M. N’poh.

    Cette déclaration, il la fait en tant que 3ème vice-président de l’Agence panafricaine pour la promotion des produits made in Africa (APPPMA), chargé de la promotion de l’agriculture en Afrique.

    Concrètement, ce jeune togolais connu pour l’accompagnement qu’il donne aux structures agricoles au Togo, pense que l’Afrique doit aller à une production moderne pour ne plus dépendre d’un seul pays qui, lorsqu’il est en difficulté, elle est handicapée. « Je veux parler de la garde en Ukraine. A cause de cela, la maman qui vend de la bouillie au bord de la route est affectée alors que c’est l’Afrique qui regorge les richesses qui peuvent nourrir le monde entier », regrette-t-il.

    Pour exemple palpable, il cite le bassin du Congo. Ce bassin, selon lui, peut à lui tout seul nourrir toute l’Afrique. « La question, c’est qu’est-ce qu’on en fait ? On opte pour les visites diplomatiques, les réunions aux Nations Unies. On revient et l’Afrique reste toujours celle qui quémande », pose-t-il.

    En tout cas, poursuit le DG de CIPEA, l’APPPA est venue pour aider les pays africains à aller vers l’action.

    Pour des exploitations agricoles plus grandes

    L’autre sujet que Laurent N’poh a abordé est le financement des agriculteurs togolais.

    « CIPEA est toujours dans sa dynamique de promouvoir l’entrepreneuriat agricole, restructurer les jeunes, les accompagner vers les mécanismes accessibles, les conduire vers ceux qui ont la possibilité d’agir, les amener vers une production beaucoup plus intensive. Les bailleurs capables de financer trouvent que l’exploitation agricole togolaise est très petite. Nous sommes à l’étape de la transformation et de la modernisation de l’agriculture, nous devons aller à une étape d’exploitations plus grandes pour que le bailleur voie que c’est du sérieux », a-t-il expliqué.

    Cette année 2023, soutient-il, il va falloir que les coopératives comprennent cela. L’immatriculation, pense-t-il, est bien, mais avoir une vision beaucoup plus grande, c’est ce qui compte le plus.

    ‘On ne mange pas seul l’éléphant’, dixit Laurent N’poh

    CIPEA donne déjà une idée de ce que sera la 3ème édition d’Agri Awards, cette initiative dont est porteur le centre interafricain pour célébrer l’agriculture et ses acteurs au Togo, à l’image de ce qui se fait en football.

    Bientôt, a-t-on appris de M. N’poh, la 3ème édition sera lancée au cours d’une prochaine conférence, avec à la clé l’annonce des innovations.

    « Nous pensons que l’Etat devrait mettre les moyens pour que cela puisse réussir. Au-delà de tout, c’est le drapeau togolais que nous brandissons à l’international à travers cette initiative. Le ministère de l’agriculture doit nous accompagner. On ne mange pas seul l’éléphant », note le DG de CIPEA.

    - Advertisement -

    ARTICLES RÉCENTS

    Latest Posts

    tgcomdec
    togocom20231
    previous arrow
    next arrow