vendredi, décembre 2, 2022
black
togocdeux
previous arrow
next arrow
More

    Togo : SOS villages d’enfants et RESAEV réunissent les enfants autour du 16 juin  

    - Advertisement -
    - Advertisement -
    - Advertisement -
    - Advertisement -

    Des enfants qui réclamaient le droit à l’éducation de qualité, ont été massacrés. Des centaines d’enfants ont succombé à ce massacre. C’était le 16 juin 1976 à Soweto en Afrique du sud. Une triste journée retenue depuis 1991 par l’Union africaine (UA) comme Journée de l’enfant africain. Mercredi, des centaines d’enfants ont commémoré cette journée à SOS village d’enfants Lomé. Un jumelage d’actions entre cette structure et le Réseau des structures d’accueil des enfants vulnérables au Togo (RESAEV-Togo).

    La commémoration de cette journée s’est faite à travers un sketch qui parle du travail de l’enfant. Des enfants de SOS village d’enfants Lomé qui apprennent le judo, ont fait des démonstrations et sont passés d’un niveau à un autre. Des danses et des jeux concours ont permis aux enfants de comprendre l’histoire de cette journée et ce que représente cette date aujourd’hui.

    « J’ai beaucoup appris au cours de cette journée. Je peux dire que je sais pratiquement tout sur cette journée où des enfants comme moi ont été tués dans un pays africain, juste pour avoir manifesté pour être éduqués comme tous les enfants du monde entier. J’espère que cela ne se reproduira plus », a indiqué Jeannette, une fillette de 8 ans.  

    La manifestation a eu lieu en présence de plusieurs personnalités dont la Directrice de SOS villages d’enfants Togo, Essohouna Manzi-Nika.

    « Nous, en tant que structure d’accueil des enfants, avons l’obligation de nous rappeler cette date triste où les enfants voulaient réclamer leur droit, avec l’obligation pour nous de respecter les droits des enfants et d’amener les autres acteurs à nous suivre dans le respect de ces droits. Nous nous sommes dit qu’il faut célébrer cette date et que les enfants se rappellent qu’il y a eu quelque chose comme ça dans la vie des autres enfants », a-t-elle déclaré.

    Commentant le jumelage d’action, Mme Manzi-Nika a donné plus de précision. « Généralement, lorsqu’on parle de partenariat, on regarde les structures à un niveau supérieur. Il faut que les enfants se connaissent et qu’il y ait une synergie entre eux et qu’ils apprennent entre eux à défendre leurs droits. C’est dans  ce sens que cette action jumelée a été organisée. Ce ne sera pas uniquement pour cette célébration mais dorénavant, il en sera ainsi », a-t-elle précisé.

    Jerôme Djédjé N’soukpoe, président de RESAEV-Togo pense que la commémoration de cette journée permet aux défenseurs des droits de l’enfant de réfléchir sur la protection des enfants au Togo.

    « Ce jour est très malheureux dans la vie de l’enfant, un événement qui a marqué le monde entier, en particulier l’Afrique, pour des enfants innocents qui voulaient réclamer leur droit à l’éducation de qualité et qui ont été massacrés », a-t-il ajouté.

    Depuis le 16 juin 1991, l’Organisation de l’unité africaine (OUA), aujourd’hui UA retient un thème autour duquel ce massacre des enfants par le pouvoir de l’apartheid est commémoré. Cette année, la commémoration a lieu autour du thème : ‘l’accès à un système de justice adapté aux enfants en Afrique’.

    - Advertisement -

    ARTICLES RÉCENTS

    Latest Posts

    tgcom22
    tgcomoct4
    foirerepartie
    previous arrow
    next arrow