vendredi, décembre 2, 2022
black
togocdeux
previous arrow
next arrow
More

    Nutrition : L’ONG Helen Keller International (HKI), le Bénin, le Burkina Faso et le Togo au bilan à Lomé

    - Advertisement -
    - Advertisement -
    - Advertisement -
    - Advertisement -

    Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’anémie due à la carence en fer est la cause de 20% de la mortalité maternelle en Afrique. Elle touche près de 74% des enfants de moins de 5 ans et 49% des femmes en âge de procréer dans les pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO).

    Face à cette situation, en plus de leur engagement à enrichir l’huile végétale raffinée en vitamine A et la farine de blé en fer et en acide folique, les gouvernements du Bénin, du Burkina Faso et du Togo ont opté pour la fortification de la farine de maïs industrielle en sodium, en fer, en éthylène, en diamine et en tétra-acétique. Les 3 gouvernements ont été aidés à ce sujet par l’ONG Helen Keller International (HKI) qui a obtenu l’appui financier de l’Agence française de développement (AFD) à travers l’Agence régionale pour l’agriculture et l’alimentation (ARAA).

    L’objectif, c’est de contribuer à la réduction et à la prévention de la carence en fer chez les enfants d’âge scolaire et des femmes en âge de procréer dans les trois (3) pays où la culture et la consommation du maïs est en progression.

    Dix-huit (18) mois après la mise en œuvre de cette fortification du maïs, les représentants des trois (3) pays procèdent depuis ce mardi à Lomé à la revue des progrès réalisés.

    Dans son mot au cours de l’ouverture de cette rencontre sur les bonnes pratiques d’enrichissement des aliments en Afrique de l’ouest, Dr Mouawiyatou Bauraïma, chef division nutrition au ministère togolais de la Santé et de la protection sociale a fait savoir que malgré les résultats encourageants obtenus, d’importants défis restent à relever, notamment le contrôle de qualité, la sensibilisation et le marketing, le renforcement du système de monitorage et l’évaluation de l’impact des interventions.

    Au Togo, selon les données de l’Etude démographique et de santé réalisée entre 2013 et 2014 (EDST), la carence en fer affectait 48% des femmes en âge de procréer et 70% des enfants de 6 à 59 mois. Environ 1/3 des enfants d’âge préscolaire seraient carencés en vitamine A.

    Les travaux prennent fin ce mercredi sur de nouvelles perspectives pour les trois (3) pays.

    - Advertisement -

    ARTICLES RÉCENTS

    Latest Posts

    tgcom22
    tgcomoct4
    foirerepartie
    previous arrow
    next arrow