samedi, février 4, 2023
black
togocdeux
previous arrow
next arrow
More

    DNUAF : CTOP et FAO impliquent les pêcheurs pour l’atteinte des objectifs

    - Advertisement -

    La Coordination togolaise des organisations paysannes et de producteurs agricoles (CTOP) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)  veulent impliquer les acteurs de la pêche et de l’aquaculture artisanale dans le processus de mise en œuvre de la Décennie des Nations Unies pour l’agriculture familiale (DNUAF 2019-2028). Elles ont organisé mardi à Lomé à leur intention un atelier de partage et de dialogue sur les conclusions de l’analyse des cadres de politiques et réglementaires existants et les priorités liées à la pêche artisanale.

    L’objectif, selon les organisateurs, est de recueillir leurs contributions pour le développement de la pêche et de l’aquaculture artisanales au Togo.

    En effet, la DNUAF a été décrétée le 20 décembre 2017 par l’Assemblée générale des Nations Unies lors de sa 72e session. L’objectif assigné à la DNUAF est de servir de cadre aux pays afin de développer des politiques publiques et des investissements nécessaires pour soutenir l’agriculture familiale dans une perspective holistique, contribuant ainsi à atteindre les Objectifs de développement durable (ODD).

    Les pêcheurs étant aussi des acteurs importants de l’agriculture familiale, l’atelier est organisé à l’endroit des membres de la Fédération nationale des unions de coopératives de pêche du Togo (FENUCOOPETO) en prélude à la célébration de l’année internationale de la pêche et l’aquaculture (AIPAA 2022).

    Selon le président du Conseil d’administration de la CTOP, Ayéfouni Salif Olou-Adara, la finalité est de contribuer à l’amélioration des revenus des pêcheurs artisanaux à travers des politiques et instruments favorables au développement de la pêche artisanale au Togo.

    « Cette rencontre permet de sensibiliser les pêcheurs artisanaux du Togo et d’autres acteurs sur la DNUAF et de partager les priorités des pêcheurs artisanaux sur les prochaines années. 2022 étant décrété Année internationale de la pêche et de l’aquaculture artisanale (AIPAA 2022), c’est une véritable opportunité pour positionner la pêche et l’aquaculture artisanales, leurs communautés et leurs organisations dans la DNUAF. L’AIPAA 2022 est une occasion aussi de renforcer le dialogue autour de la pêche artisanale et de sensibiliser les acteurs sur l’importance de ce dernier », a-t-il laissé entendre.

    Le secrétaire général du Syndicat national des pêcheurs du Togo (SYNAPETO), Abou Dermane Adam a salué cette initiative qui est d’une très grande utilité pour les pêcheurs.

    « C’est un atelier qui nous va droit au cœur puisqu’il prend en compte notre secteur. Il faut renforcer les capacités des acteurs pour la bonne pratique de la pêche, la conservation et la transformation des produits de pêche. Aussi, nous voulons accroitre la production à travers des matériels adéquats pour satisfaire la population puisque la demande aujourd’hui, c’est plus de 80 000 tonnes, mais nous sommes à 25 000 tonnes. Par ailleurs, l’Etat fait des efforts en fournissant des intrants pour nous aider mais il faut que nous ayons aussi des articles de pêche performants et adaptés pour permettre à notre pêche d’être durable », a-t-il déclaré.

    Pour la mise en œuvre effective de la DNUAF, la FAO apporte son soutien au Togo. Intervenant à l’ouverture de l’atelier, le chargé de suivi et évaluation des projets au FAO, Gnandi Tabe a réitéré l’engagement de l’organisation à accompagner les parties prenantes.

    « La FAO réaffirme son intention d’aider à la mise en œuvre des Directives sur la pêche artisanale. Elle attend avec intérêt de pouvoir continuer sa collaboration avec toutes les parties prenantes notamment les gouvernements, les artisans pêcheurs, les travailleurs de la pêche et leurs organisations, les organisations de la société civile, les chercheurs et universitaires, le secteur privé et la communauté des donateurs en vue d’assurer la durabilité de la pêche artisanale dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l’élimination de la pauvreté », a-t-il indiqué.

    Notons qu’au Togo, le secteur de la pêche artisanale emploie une main-d’œuvre estimée à 8 240 personnes dans les activités de pêche marine à petite échelle et 3 075 personnes dans les activités de pêche continentale.

    - Advertisement -

    ARTICLES RÉCENTS

    Latest Posts

    tgcomdec
    togocom20231
    previous arrow
    next arrow