vendredi, décembre 2, 2022
black
togocdeux
previous arrow
next arrow
More

    Une discussion entre Déladem Akpaki et Koumitcha Kpandja va finir devant les juridictions pénales

    - Advertisement -
    - Advertisement -
    - Advertisement -
    - Advertisement -

    Entre Deladem Akpaki, président du Comité national olympique du Togo (CNO Togo) et Koumitcha Kpandja, président par intérim de la Fédération togolaise de tennis (FTT), le torchon semble brûler. C’est en tout cas ce que laissent croire 2 courriers que se sont adressés ces 2 responsables. L’un des 2 responsables veut s’en remettre à la justice pénale.

    Dans sa lettre qui date du 8 février dernier, M. Kpandja dit mettre en garde M. Akpaki contre, dit-il, toute tentative de déstabilisation du processus électoral qui s’ouvre le 19 février prochain à la FTT et devant conduire le 19 mars à la mise en place d’un nouveau bureau exécutif.

    « Vous serez tenu pour responsable de tout dérapage de quelque nature que ce soit si la neutralité du CNO Togo n’est pas observée avant, pendant et même après les élections », écrit-il.

    En effet, se référant à la lettre du président par intérim de la FTT, le torchon a commencé à brûler entre les 2 hommes à la suite des échanges qu’ils ont eus au CNO Togo le 3 février dernier. Koumitcha Kpandja dit avoir noté essentiellement 3 choses lors des échanges. Il affirme dans la lettre que le président du CNO Togo lui a fait injonction de s’aligner obligatoirement derrière une candidature féminine dont nous taisons le nom.

    « Selon vous, vous êtes instruit par le ‘haut lieu’ de la faire passer comme présidente de la FTT conformément à la nouvelle donne qui consiste à faire la promotion de la femme. Vous m’avez dit que si je refusais, vous disposez de mécanismes pour ne pas faire aboutir le processus électoral en m’emmenant de report en report jusqu’à épuisement », soutient-il.

    La FTT, dit M. Kpandja, n’est pas contre la promotion de la femme. Cependant, note-t-il, elle n’acceptera aucune forme de chantage, d’intimidation et encore moins d’ingérence du CNO Togo pour, martèle-t-il, empêcher une candidature au profit d’une autre.  

    En réponse à ce courrier seulement 24 heures après, on note que M. Akpaki ne se reconnaît pas dans les propos que tient M. Kpandja à son endroit.

    Dans un premier temps, il a tenu à rappeler au destinataire de son courrier que les échanges qu’ils ont eus le 3 février dernier étaient « entre frères » et non en sa qualité de président du CNO Togo rencontrant le président par intérim de la FTT. Et qu’il ne comprend pas la suite administrative que ce dernier donne à une ‘séance de discussion informelle’.

    « Vous vous êtes présenté à moi comme l’un des candidats aux prochaines élections de la FTT venu solliciter mes conseils. Je suis surpris qu’à la suite de cette rencontre informelle, vous avez choisi de m’adresser une correspondance administrative sur papier en-tête de la FTT ayant pour objet ‘suite de nos échanges du 3 février 2022’ alors même que la rencontre n’a pas été la résultante d’une demande d’audience officielle introduite par la FTT auprès de l’administration du CNO-Togo conformément à nos procédures en vigueur », écrit M. Akpaki.

    Quant aux propos que le président par intérim de la FTT lui colle, le président du CNO-Togo parle d’allégations mensongères à son endroit. « S’agissant des sujets abordés au cours de nos échanges tel que vous avez essayé de le récapituler dans votre courrier, je relève avec regret, de par mes propos, que vous avez fait le choix de colporter des allégations mensongères dont vous seul maîtrisez les tenants et les aboutissants », écrit le président du CNO.

    Il dit même être surpris que son interlocuteur a choisi de faire économie de ses propres propos, notamment sur la candidate dont il est question qui, dit M. Akpaki, « aurait affiché ses intentions de candidature aux prochaines élections de la FTT ».

    Le président du CNO-Togo ne compte pas en rester là. Il dit qu’il saisira les juridictions pénales togolaises pour les ‘allégations mensongères à caractère diffamatoire’ tenues à son endroit.

    Affaire à suivre…

    - Advertisement -

    ARTICLES RÉCENTS

    Latest Posts

    tgcom22
    tgcomoct4
    foirerepartie
    previous arrow
    next arrow