mardi, octobre 4, 2022
black
togocdeux
previous arrow
next arrow
More

    Tradinggate : un collectif des victimes interpelle Faure Gnassingbé et prévient

    - Advertisement -
    - Advertisement -
    - Advertisement -
    - Advertisement -

    Les victimes de 4 sociétés de trading se sont constituées en collectif. En conférence de presse mardi à Lomé, ce collectif s’est insurgé contre le silence des autorités togolaises. Il interpelle le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé à intervenir personnellement dans ce dossier. Les victimes disent ne pas comprendre pourquoi plus de 8 mois après l’intervention du ministre de l’économie et des finances, on n’a pas commencé le remboursement des victimes.

    Si rien n’est fait, prévient le Collectif des victimes du trading au Togo (CVTT), les victimes de ces sociétés n’auront plus aucun autre choix que de descendre dans les rues à travers des manifestations.

    « Suite au communiqué du ministre Sani Yaya et après les interpellation de certains promoteurs de ces sociétés de trading, triste est de constater que rien n’est fait à ce propos après plus de 8 mois.  Nous ne savons le traitement réservé à ce dossier vu le silence des autorités en charge dudit dossier, et surtout que les victimes n’ont été associées ni à la procédure d’interpellation, ni dans le sens de la restitution des fonds investis, des épargnes, prêts et cotisations divers », a lancé Elom Agbabli, membre du comité de lutte des victimes de J-Global International et de Global Trade Corporation.

    Dans les jours à venir, des actions ‘nécessaires’ seront entreprises pour, dit le collectif, rentrer en possession des capitaux, prévient Derek Aguim-Ali.

    « Le seul recours que nous semblons avoir, ce sont les mouvements populaires. On sait qu’on nous opposera les raisons de restrictions liées au Covid-19. Vu la gravité de la situation, nous serons bien obligés d’affronter la situation », a déclaré cette victime de J-Global-International et de PDK Invest.

    Tout compte fait, le collectif dit compter sur Faure Gnassingbé pour venir au secours de sa population victime, en guise de réaffirmation de sa politique de mandat social.

    Au sein de ce collectif, on compte environ 3000 victimes de 4 sociétés de trading fermées. Il s’agit de J-Global International, de Global Trade Corporation, d’Africavi et PDK Invest. 7 milliards de francs CFA sont en jeu dans ces 4 sociétés. Au nombre des victimes, disent-ils, on compte des banquiers, des comptables, des juges et des forces de l’ordre et de sécurité. Pour le savoir, le collectif dit avoir collecté les contrats individuels et constitué une base de données de tous les noms.

    Une plainte déposée au parquet du tribunal de Lomé

    Les victimes disent avoir saisi le parquet du tribunal de Lomé d’une plainte pour escroquerie. Mais depuis, silence radio. « Nous sommes dans un désarroi total. Nous ne sommes au courant de rien. Ce n’est pas faute d’avoir essayé de savoir comment notre plainte est traitée. On nous tient à l’usure », a regretté M. Aguim-Ali.

    Le collectif dit avoir saisi plusieurs cabinets d’avocats. Cependant, nombre d’entre ces cabinets ont peur du dossier. Des tenants de cabinets leur auraient clairement dit qu’il s’agit d’un dossier très sensible et qu’ils ne peuvent rien faire.

    Par contre, ils disent travailler actuellement avec un autre cabinet qui leur a fait savoir que dans ce dossier, on peut engager autant la responsabilité des promoteurs de sociétés de trading que celle d’autorités.

    Avant d’interpeller le chef de l’Etat, ils disent avoir rencontré le ministre de l’économie et des finances et écrit également au Premier ministre. 

    Affaire à suivre…

    - Advertisement -

    ARTICLES RÉCENTS

    Latest Posts

    tgcom22
    semaine2
    tgcomoct
    previous arrow
    next arrow