lundi, août 15, 2022
black
black
previous arrow
next arrow
More

    Togo : une étude du CADERDT propose la taxation des produits du tabac

    Le tabagisme est la cause de plusieurs pathologies dont les plus fréquentes sont les maladies cardiovasculaires et respiratoires. Il est un problème de santé publique majeur dans le monde et au Togo en particulier. En effet, la prévalence du tabagisme au Togo est estimée en 2013, parmi les hommes à 11,3% et 11,9% respectivement pour les jeunes et les adultes, tandis qu’elle serait de 4,3% et 0,7% respectivement parmi les femmes jeunes et adultes.

    Pour ce faire, les résultats de l’étude sur la « politique fiscale au service de la lutte anti-tabac : simulation des répercussions d’une modification du système de taxation des produits du tabac »,  ont fait l’objet d’un atelier de dissémination ce jeudi à Lomé.

    Réalisée par le Centre autonome d’étude et de renforcement des capacités pour le développement au Togo (CADERDT), avec l’appui de la Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique (ACBF), l’étude propose une stratégie de taxation des produits du tabac, plus efficace pour en réduire la consommation au Togo.

    Pour le Directeur exécutif du CADERDT, Odilia Gnassingbé, la fiscalité appliquée au tabac au Togo est encadrée par les directives communautaires de l’UEMOA et de la CEDEAO, mais demeure faible et ne permet pas au pays de réduire convenablement la consommation de tabac et sa prévalence. 

    Les résultats de l’étude qui ont été partagés avec les acteurs de la lutte contre le tabagisme au Togo démontrent que : comparé à la taxe « as valorem » de 45% actuellement appliquée, un système de taxation mixte (combinant taxe « as valorem » et taxe spécifique) conduirait à une baisse significative de la prévalence du tabagisme et à une hausse des recettes fiscales, grâce à l’effet direct qu’il aurait sur les prix de vente du tabac.

    « Depuis quelques années, le gouvernement, conscient de la nécessité de réduire le tabagisme, a entrepris des initiatives en matière de lutte contre ce fléau. Plusieurs textes législatifs et règlementaires ont, à cet effet, été adoptés », a déclaré  Essohanam Edjéou, Directeur de cabinet du ministre de la Planification du développement, à l’ouverture des travaux.

    Au nombre de ces textes, a-t-il fait savoir, figurent la loi nationale anti-tabac votée en 2010, la loi portant sur les modalités d’application des normes relatives au conditionnement et à l’étiquetage des produits du tabac et ses produits dérivés en 2012 et le décret portant réglementation des points de ventes du tabac et des produits dérivés, la même année.

    «L’initiative du CADERDT à travers cette étude, permet d’identifier des leviers, notamment fiscaux qui pourraient être explorés dans la lutte contre le tabagisme. Ces résultats sont d’une importante capitale en ce sens où, leurs prises en compte permettraient non seulement la réduction de la consommation du tabac, mais surtout la hausse des recettes fiscales pour financer la prévention et la prise en charge des soins de santé relatifs aux maladies liées au tabagisme », a-t-il expliqué.

    Le CADERDT en tant que centre de recherche, a pour objectif principal, d’accompagner les décideurs dans la formulation, la mise en œuvre et le suivi des politiques, en vue de promouvoir une croissance économique inclusive et durable. Il est ainsi, de par ses activités, au service de l’administration publique et du gouvernement, du secteur privé et des organisations patronales ainsi que des associations et organisations non gouvernementales, parties prenantes aux efforts de développement de notre pays.

    Bernadette A.

    ARTICLES RÉCENTS

    Latest Posts

    togook
    foire2022
    previous arrow
    next arrow