mardi, octobre 4, 2022
black
togocdeux
previous arrow
next arrow
More

    Togo : l’ANC voit ses meetings interdits et proteste vivement

    - Advertisement -

    L’Alliance nationale pour le changement (ANC) n’est pas du tout contente. Le parti de Jean-Pierre Fabre trouve que les préfets font preuve d’une politique de 2 poids 2 mesures relativement aux manifestations publiques de l’opposition et du pouvoir. Dans une lettre adressée au préfet d’Agoè-Nyivé, ce parti d’opposition élève vivement la voie contre l’interdiction par 2 fois de son meeting.

    La lettre signée par Isabelle Ameganvi souligne que le parti a voulu organiser un meeting le 3 juillet dernier dans la préfecture d’Agoè-Nyivé. Interdit, ce meeting a été reporté au 31 juillet. Mais celui-ci aussi sera interdit par le préfet. L’ANC ne croit pas un seul instant en les arguments avancé par col. Hodabalo Awaté pour interdire cette manifestation.

    « Le contexte sécuritaire sous régional et national actuel et la nécessité de préserver la sécurité et l’ordre public que vous brandissez, prévalaient aussi quand, le même 31 juillet, date prévue pour la tenue du meeting de l’ANC, la télévision nationale TVT diffusait allègrement les images de manifestations publiques organisées par des responsables du RPT/UNIR dans les préfectures de la Binah et des Lacs », écrit la vice-présidente de l’ANC.

    Dans la Binah, précise la lettre, la manifestation était sur la ‘place publique non clôturée’ en présence du représentant du ministre des affaires sociales et de l’alphabétisation.

    A Aného, soutient Mme Ameganvi, c’est la présidente des femmes UNIR qui était à la manœuvre sur une place publique.

    L’ANC prend aussi à témoin d’autres manifestations publiques, notamment celle du 4 juillet des femmes du parti au pouvoir d’Aflao Sagbado et Gakli qui ont marché sur les voies publiques de Ségbé et du 2 juillet à Kpalimé conduite par un ministre.

    « Le RPT/UNIR a tout le loisir d’organiser ses manifestations publiques où et quand il l’entend, sans qu’aucun préfet ne lève le petit doigt, pendant que tous les subterfuges, mêmes les plus iniques, sont mis en branle pour interdire des manifestations similaires aux partis de l’opposition et aux organisations de la société civile », écrit Isabelle Ameganvi.

    L’ANC pense que le préfet en question n’a pas fait preuve d’une administration ‘juste’ et ‘équitable’. Le parti lit dans les réponses du préfet l’arbitraire et une politique de 2 poids 2 mesures inspirés, dira-t-il, « des pratiques antirépublicaines et antidémocratiques » du parti au pouvoir.

    L’ANC dit qu’à l’avenir, elle ne saurait accepter que ses manifestations soient interdites sous les mêmes artifices.

    Pour rappel, la Dynamique Mgr Kpodzro (DMK), l’entité de l’opposition qui a positionné Agbéyomé Kodjo à l’élection présidentielle de février 2020, a aussi vu 2 de ses meetings interdits dans la préfecture du Golfe.

    - Advertisement -

    ARTICLES RÉCENTS

    Latest Posts

    tgcom22
    semaine2
    tgcomoct
    previous arrow
    next arrow