ADS
05 Jan 2022

Togo : un décret sonne le glas des cautions et garanties de loyer exorbitantes

Examiné en première lecture le 29 avril 2021 en conseil des ministres, le projet de décret portant réglementation de la caution, de la garantie de loyer et du bail d'habitation au Togo a finalement été pris mercredi en conseil des ministres, le premier de l’année 2022.

Selon les sites Newsoftogo et Oréole radio, la caution est désormais plafonnée à trois (3) mois de loyers et la garantie à deux (2) mois.

Un décret qui ne fait pas l’affaire des propriétaires de maisons. Le gouvernement explique la raison pour laquelle ce décret a été pris. « Ce plafonnement a pour objectif de limiter les spéculations actuelles pratiquées au Togo et en particulier dans le grand Lomé en tenant compte de la nécessité de préserver les investissements par ceux qui contribuent à améliorer l’offre de logement disponible », indique le conseil.

Il faut dire qu’au Togo, et surtout dans la capitale Lomé et la préfecture d’Agoè-Nyivé, la fixation des cautions et garanties de loyer a de tout temps relevé du pouvoir discrétionnaire des propriétaires des lieux à louer. Un pouvoir qui n’a toujours pas pris en compte le pouvoir d’achat des Togolais. Les nombreux mois fixés à payer sont, dans la plupart des cas, à prendre ou à laisser. 

A en croire le gouvernement, cette décision s’inscrit dans la poursuite des actions menées en faveur de l’inclusion sociale et de la protection sociale des populations.

Dans une première phase, apprend-on, le décret va s’appliquer dans le Grand-Lomé, notamment dans les préfectures du Golfe et d’Agoè-Nyié. Il sera étendu après évaluation dans d’autres localités.

Faure Gnassingbé, sur sa page Facebook, postait ce mercredi matin, avant le début des travaux du conseil des ministres que dans le but de ramener l'accès aux logements à des proportions soutenables pour nos concitoyens, le conseil des ministres va examiner un projet de décret portant réglementation de la caution, de la garantie de loyer et du bail d'habitation.

On attend encore la publication par le gouvernement du communiqué sanctionnant le conseil des ministres du jour. 

 

Read 1464 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…