ADS
23 Nov 2021

Le Togo devant l’EPU en janvier, UPR Info, CNDH et CACIT en pré-session

Dans 2 mois exactement, le Togo sera examiné à l’examen périodique universel (EPU). Mais en attendant le 24 janvier 2022, le Collectif des associations contre l’impunité au Togo (CACIT), en collaboration avec la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) et l’UPR Info, met les petits plats dans les grands. Un plaidoyer stratégique des organisations de la société civile et de la CNDH avant l’examen et pré-session nationale est en cours à Lomé.

Une soixantaine de participants venus de toutes les localités du Togo acquièrent les bonnes pratiques en matière de développement des fiches de plaidoyer et de formulation SMART des recommandations.

Dans son mot de bienvenue, Ami Amemassor, vice-présidente du CACIT a planté le décor. Lors de l’examen du Togo en 2016, a-t-elle annoncé, 195 recommandations ont été adressées à l’Etat togolais qui a accepté 167 et noté 28.

Entre 2016 et 2021, a-t-elle poursuivi, le contexte du suivi de la mise en œuvre des recommandations a connu, entre autres, respectivement en 2017 et 2018, une crise sociopolitique profonde avec des manifestations populaires soldées par des violations des droits de l’Homme, l’élection présidentielle du 22 février 2020 et la survenance de la crise sanitaire de la Covid-19, avec à la clé, des mesures restrictives des libertés relativement à la gestion de cette crise sanitaire.

« La pré-session est une étape du processus de l’EPU qui nous offre une plateforme internationale à travers laquelle nous présenterons aux États nos priorités et préoccupations en amont de l’examen du Togo. Elle constitue également l’opportunité pour les missions permanentes de disposer des informations sur la situation des droits humains dans le pays examiné et d’interagir avec l’Etat examinés dans le cadre du dialogue constructif prôné par les nations », a lancé la responsable du collectif organisateur de la formation.

Pour Afi Atitso, vice-présidente de la CNDH, les pré-sessions constituent une opportunité pour les missions permanentes de récolter des informations sur la situation des droits humains dans les futurs pays examinés.

« L’objectif final de ces pré-sessions est de s’assurer que les recommandations faites lors de l’examen d’un pays sont précises et cohérentes vis-à-vis de la situation dans les pays. Pour la présente rencontre, les résultats escomptés sont un échange d’informations précises et détaillées sur la situation des droits humains au Togo. Il s’agit de fournir des informations objectives à jour, et de formuler des recommandations qui reflètent la réalité et les préoccupations des populations sur le terrain », a-t-elle indiqué.

La Directrice programme pays de l’UPR Info, Nargiz Urupova, a, dans ses propos, démontré l’innovation importante qu’apporte ce mécanisme des Nations Unies qu’est l’EPU et a partagé avec les participants la mission de l’institution qu’elle représente.

Cette rencontre à la fois théorique et pratique, prend fin ce mercredi.

Read 273 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…