ADS
28 Apr 2021

Droits humains : le Togo évalué en 2022, le CACIT et ses partenaires pensent aux rapports alternatifs

Le Togo sera évalué en 2022 en matière de droits de l’homme au 3ème cycle du processus de l’examen périodique universel (EPU). Les acteurs de la société civile, sous le leadership du Collectif des associations contre l’impunité au Togo (CACIT), se préparent activement pour ce 3ème rendez-vous. Une concertation nationale se tient depuis ce mercredi à Lomé pour l’élaboration des rapports alternatifs. C’est avec le soutien de l’UPR Info, du CCPR Centre et de la Francophonie.

Pendant 3 jours, cette consultation nationale aura à renforcer la contribution des acteurs de la société civile issus de diverses thématiques au processus de l’EPU. Spécifiquement, ce sera le lieu entre autres de fournir des informations détaillées aux participants sur le mécanisme de l’EPU, de les doter des compétences et de la méthodologie nécessaire pour rédiger et soumettre des rapports EPU au Haut-commissariat des droits de l’homme (HCH).

Selon Me Claude Amegan,  il s’agira de renforcer le professionnalisme des acteurs de la société civile en vue de produire des rapports objectifs.

« L’analyse de la situation des droits de l’homme au Togo révèle des progrès. Cependant, il y a lieu de noter que notre pays fait face à un certain recul des droits et libertés publiques fondamentales depuis la crise socio politique d’août 2017 avec plusieurs violations des droits de l’homme », a-t-il indiqué.

Pour être plus concret, le président du CACIT cite la restriction de l’espace civique et l’absence de résultats d’enquête faisant perpétuer l’impunité. Plus récemment dans le cadre de la gestion de la crise sanitaire, a-t-il poursuivi, plusieurs allégations de violations ont été enregistrées notamment des atteintes au droit à la vie et à l’intégrité physique.

Il va ajouter qu’aucune suite officielle n’est faite à l’effectivité de la loi portant aide juridictionnelle. Il a aussi insisté sur le fait que les conditions de détention restent toujours préoccupantes, ce qui est dû à la surpopulation carcérale, l’absence d’une politique de réinsertion carcérale et l’insuffisance des ressources financières et humaines.

Pour André Afanou, coordonnateur Afrique de l’ouest et centrale du CCPR Centre, l’exercice auquel les acteurs de la société civile sont conviés, est ‘hautement important’.

« Des fois, au niveau national, des situations peuvent être bloquées. Mais en portant le problème au niveau international, les situations peuvent être débloquées », a-t-il souligné.

Il a par ailleurs appelé les participants à une responsabilité particulière pour que les rapports qui sortiront de ce processus, reflètent la situation des droits de l’homme au Togo.

Nargiz Arupova, Directrice de programme de l’UPR Info, pense que les rapports alternatifs produits par les acteurs de la société civile jouent un rôle important dans la mesure où ils ont permis d’améliorer la situation des droits de l’homme dans plusieurs pays.

Dans son discours d’ouverture, Gafaou Abdou Akpaou, représentant le ministre en charge des droits de l’homme, a reconnu que des défis importants persistent en matière de droits de l’homme. Cependant, a-t-il lancé, plusieurs avancées sont à noter.

«Il y a un travail collectif à faire en matière de droits de l'homme. C'est un travail qui implique également les maires, la chefferie traditionnelle, les leaders religieux, les médias et bien entendu, les organisations de la société civile », a-t-il marqué.

Pour rappel, l’EPU est un mécanisme qui permet d’évaluer, de façon périodique (5 ans), les performances de chaque Etat membre des Nations Unies en matière de droits humains. Tous les droits, notamment civils et politiques, économiques, sociaux et culturels, des femmes, des enfants et des groupes vulnérables, sont concernés. Le Togo a déjà été évalué en 2011 et en 2016.

Read 410 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…