ADS
03 May 2021

Togo : ANC et DMK ne trouvent pas ce que Djimon Ore a fait de mal

L’Alliance nationale pour le changement (ANC) et la Dynamique Mgr Kpodzro (DMK) exigent la libération immédiate de Djimon Ore. Pour ce parti et ce regroupement politiques, le président du Front des patriotes pour la démocratie (FPD) n’a rien fait de mal. Ces 2 entités s’opposant au pouvoir togolais, estiment que l’acteur politique n’a fait qu’exprimer une opinion politique partagée.

L’ANC est le premier parti à rendre public un communiqué sur cette arrestation. Selon le document signé par Patrick Lawson, 2ème vice-président de l’ANC,  Jean-Pierre Fabre, le président, a aussi fait état d’une ‘dictature militaire clanique’ dans son message qu’il a prononcé dans le cadre de la commémoration du 61ème anniversaire de l’indépendance du Togo.

« La majorité des Togolais ne pensent pas autre chose. Même s’ils ne le disent pas. Djimon Ore fait le même constat. Il l’exprime librement conformément à la constitution togolaise qui garantit à tous la liberté d’expression et d’opinion », écrit le parti.                                                                                         

Pour la DMK, Djimon Ore n’a fait qu’exprimer son opinion sur la ‘gouvernance politique calamiteuse’ du pouvoir. Et son arrestation, soutient la Dynamique, constitue une entrave à la liberté d’opinion et une violation de la charte des partis politiques.  

Tout en invitant le gouvernement à faire montre de discernement dans les interpellations, arrestations et emprisonnements, la Dynamique pense que ceux qui doivent être arrêtés, ne sont pas des acteurs politiques.  

« Trop de délinquants économiques dénoncés sur les médias courent toujours et la justice doit plutôt s’intéresser à eux, au lieu de harceler et emprisonner des responsables politiques », indique le communiqué signé par Kafui Adjamagbo Johnson.  

Ce regroupement politique prend à témoin la communauté internationale sur, dit-elle, les graves violations des droits humains qui se multiplient, particulièrement depuis l’élection présidentielle du 22 février 2020.

Pour rappel, Djimon Ore, ancien ministre de la communication et ancien député, a été arrêté à son domicile le 29 avril dernier. On lui reproche d’avoir tenu des propos qui outragent les représentants de l’autorité publique du Togo, sur une télévision américaine, dans le cadre de la commémoration du 61ème anniversaire de l’indépendance de son pays.

Read 325 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…