ADS
25 Feb 2021

Akodah : ‘la question syndicale au cœur de l’actualité justifie la relecture du code, mais…’

La nouvelle modification du code du travail préoccupe plus d’un. Pour beaucoup, la liberté syndicale et le droit de grève visés par cette nouvelle modification, 2 mois seulement après l’adoption du nouveau code, seraient en danger. Prof. Ayewouadan Akodah ne cache pas que l’actualité syndicale en cours au pays justifie la relecture du code du travail. Mais, ajoute-t-il, il n’y a pas de volonté d’étouffer la liberté syndicale.

Le porte-parole du gouvernement tient à rappeler que la liberté syndicale, un principe fondamental constitutionnel, n’est pas négociable. Cependant, un certain nombre de questions relatives à certains points nécessitent éclaircissement.

Il pointe du doigt une ‘confusion’ et la transparence dans la gestion d’un syndicat.

« Il y a une confusion aujourd’hui et qui mérite d’être aplanie. Les syndicats ont pendant longtemps été confondus à des associations. Il est important de clarifier ce point-là afin que la question syndicale, l’exercice même de la liberté syndicale se fasse dans un cadre clair, accessible et précis pour tous les acteurs », a déclaré jeudi le ministre de la communication sur Victoire FM.  

Selon lui, on a vécu des situations ‘particulières’ où des salariés qui étaient à la retraite ou licenciés, étaient patrons de syndicats.

« Il n’y a pas de cohérence à ce que quelqu’un qui n’est pas en activité, puisse diriger un syndicat », marque le ministre.

Sur la question de la transparence dans la gestion d’un syndicat, Prof. Akodah dit que les rapports financiers des syndicats ne sont pas toujours mis à disposition de l’autorité gouvernementale.

« Or, dans un contexte de situation de blanchiment ou les situations même de financement occultes peuvent être légion, il est important que ces clarifications soient réalisées. Je ne pense pas que cette clarification puisse être interprétée comme un moyen d’étouffer la liberté syndicale.

Pour rappel, s’il y a une chose sur laquelle les uns et les autres étaient unanimes, c’est que le code du travail adopté par l’Assemblée nationale le 29 décembre 2020, c’est que ce code projetait des avancées notables et permettait de proposer un marché moderne de travail.

Read 326 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…