ADS
17 Feb 2021

Sébastien Nadot décidé à en découdre avec le pouvoir de Faure Gnassingbé

Sébastien Nadot veut-il troubler le tranquille sommeil du pouvoir togolais ? Le moins qu’on puisse dire, c’est que ce député français multiplie les initiatives contre le pouvoir de Faure Gnassingbé, au sujet du scrutin présidentiel de février 2020. Après une question écrite à l’endroit du ministre français des affaires étrangères, il aurait écrit à Emmanuel Macron, lui demandant de faire un démenti officiel sur l’affaire de ‘faux’ message de félicitation de l’Elysée à l’endroit de Faure Gnassingbé.

Dans une interview accordée à Médiapart et reprise par le quotidien privé togolais 'Liberté', le député de Haute Garonne doute sérieusement de l’existence d’une telle reconnaissance de la France envers le pouvoir togolais.

« J’ai cherché, je n’ai trouvé aucune reconnaissance, ni du ministère des affaires étrangères, ni du côté de la présidence de la République française, ni de l’Union européenne », a-t-il mentionné.

Selon ce député, membre de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale française, il y a absence de résultats électoraux probants et il n’est pas difficile d’être convaincu que cette élection présidentielle au Togo était frauduleuse.

« Dans un fonctionnement démocratique normal, le vainqueur qui plus est, s’annonce avec un score écrasant, ne devrait pas avoir peur de produire tous les procès-verbaux des différents bureaux de vote. Or, ces procès-verbaux n’ont jamais été rendus publics et aucune mission neutre n’a pu avoir accès à ces éléments », a-t-il précisé.

A ceux qui pensent qu’il est en train de s’ingérer dans les affaires politiques du Togo, le député rétorque qu’il n’en est pas question.  

« Il n’est pas question d’ingérence. Le Togo est signataire des accords de Cotonou dans lesquels les aides que peut obtenir le pays, ont une contrepartie qui est de s’assurer qu’il y a un respect des principes de l’Etat de droit et démocratiques », déclare-t-il à l’envi.

Et c’est justement les accords de Cotonou qu’il brandit, en l’occurrence les dispositions de l’article 96, pour voir sceller ce contentieux électoral vieux d’un an. Et pour le règlement, il pense à l’Union européenne.

Pour rappel, cette affaire d’un supposé ou vrai ‘faux’ message de félicitations de l’Elysée à l’égard de Faure Gnassingbé élu, selon les résultats officiels, pour un 4ème mandat à la tête du Togo, remonte au lendemain de la proclamation officielle des résultats du scrutin présidentiel de février 2020.

Agbéyomé Kodjo, le candidat de la Dynamique Mgr Kpodzro (DMK), qui estimait être le véritable vainqueur de ce scrutin, avait fait savoir à l’époque que la France n’a jamais adressé de lettre de félicitations à celui qu’il dit avoir battu dans les urnes. Sauf que, la France n’a jamais dit le contraire de ce qu’on savait.

Read 653 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…