ADS
Kampatibe Kariyiare : ‘le nombre de lois votées ne fait pas l’efficacité d’un parlement’ Kariyiare Kampatibe, président de l'AUSEP
21 Jan 2021

Kampatibe Kariyiare : ‘le nombre de lois votées ne fait pas l’efficacité d’un parlement’

L’association des usagers du service public togolais (AUSEP) a appelé jeudi à la célébration de la 1ère édition de la semaine du parlement au Togo. C’est au cours d’une conférence-débat animée à Lomé. Pour cette association, l’Assemblée nationale togolaise doit sortir de sa ‘tour d’ivoire’ pour aller vers les citoyens, débattre des questions d’intérêt, entendre leurs préoccupations et les transformer en propositions de loi.

Pour le président de l’AUSEP, l’organisation de cette ‘semaine’ sera une occasion qui va répondre à l’amélioration de la communication entre le peuple et ses représentants. Selon Kampatibe Kariyiare, il y a une absence criarde de cette communication.

« C’est dans cet élan que nous menons ce plaidoyer pour la célébration de la première semaine du parlement au Togo. Les parlementaires doivent aller vers les citoyens pour débattre des questions d’intérêt, et entendre leurs préoccupations et les transformer en propositions de loi », a-t-il déclaré.

Selon lui, au niveau du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, les commissions permanentes peuvent exercer des missions d’informations. Par exemple, la commission santé peut faire le déplacement des hôpitaux pour voir comment ils fonctionnent. Celle de l’éducation peut aller dans les établissements scolaires pour s’enquérir de l’état de l’éducation tandis que la commission des finances peut se déplacer vers les services de l’Etat pour voir comment les ressources sont gérées. Quant à la commission des droits de l’homme, elle peut faire siennes les violations permanentes des droits de l’homme, les détentions arbitraires qui, selon l’AUSEP, empêchent une cohésion sociale dans le pays.

« Toutes ces commissions ont un rôle à jouer et le règlement intérieur leur donne ce pouvoir. Nous ne savons pas pourquoi il n’y a pas ces missions d’information », a ajouté M. Kariyiare.

A l’AUSEP, on dit que le parlement ne doit pas se targuer de voter des lois dans le courant des sessions. « La quantité législative ne fait pas l’efficacité d’un parlement. Ce qui est important, c’est comment le parlement contrôle l’action du gouvernement, comment il exerce ses missions d’interpellation. L’Assemblée doit communiquer le nombre d’interpellations fait dans le temps d’une session et sur quelles thématiques données et non le nombre de lois votées », a souligné le président.

Autre chose importante soulignée par l’association, c’est que les populations sont sevrées de débats parlementaires qui ne sont transférés ni en direct, ni en différé.

« Or pour vraiment construire un pays démocratique, il faut amener les citoyens à observer ceux-là qui sont capables de représenter leurs intérêts », a marqué Kampatibe Kariyiare.    

L’AUSEP estime que la communication entre le parlement et le peuple semble être désirée de sorte qu’il y a une méconnaissance de son organisation et de son fonctionnement, de ses rôles et fonctions, mais encore d’un désintérêt poussé à la chose parlementaire.

« Ces débats entre citoyens et parlementaires s’avèrent aujourd’hui indispensables dans la cité togolaise et se feront à l’aune de la satisfaction de certaines préoccupations citoyennes meublées sous forme de thématiques à développer au cours de conférences débats et émissions radios », dit-on à l’AUSEP.

Au cours de la rencontre d’aujourd’hui, 3 thèmes ont été développés aux participants, notamment ‘le processus législatif, rôle de l’opposition et de la majorité dans le travail parlementaire’, ‘les outils et les freins à l’exercice de la fonction de contrôle parlementaire de l’action gouvernementale au Togo’ et ‘les enjeux et limites à l’exécution du budget-programme au Togo’.

Cette activité de l’AUSEP s’inscrit dans le cadre du Projet d’appui à l’instauration de la bonne gouvernance administrative et parlementaire au Togo. Un projet financé par le Programme de consolidation de l’Etat et du monde associatif  (Pro-CEMA).

Read 341 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…