ADS
Togo : la C14 propose une solution à 2 volets pour battre UNIR en 2020 Brigitte Adjamagbo Johnson et les autres chefs de partis de la C14
03 Oct 2019

Togo : la C14 propose une solution à 2 volets pour battre UNIR en 2020

En conférence de presse ce jeudi à Lomé, la coalition de l’opposition appelée C14 a fait un diagnostic sans complaisance de la situation sociopolitique dans laquelle baigne le Togo: un pouvoir qui donne tout pour ne pas laisser le pouvoir, une opposition en proie à des querelles internes et intempestives. Face à cette situation, Brigitte Adjamagbo Johnson et ses collaborateurs proposent une solution à 2 volets. Cette solution, disent-ils, devra faire de l’élection de 2020, ‘une étape importante de la lutte entamée par les togolais depuis près de 3 décennies’.

Cette position présentée via les médias aux Togolais de l’intérieur, de l’extérieur et à la communauté internationale porte sur les conditions d’organisation de cette élection capitale et comment les forces démocratiques doivent se comporter pour prendre le pouvoir.

« La C14 propose que dans un souci de transparence absolue, l’ensemble du processus d’organisation de la prochaine élection présidentielle soit placée sous la supervision d’une structure neutre des Nations-Unies qui aura en plus de sa mission de supervision, celle de procéder à l’audit du processus et plus particulièrement du fichier électoral et de l’indépendance de la CENI. La C14 propose également que la même structure procède à la certification des résultats avant leur publication », indique la déclaration liminaire.

Sont visés par ce volet, le fichier électoral, la Cour constitutionnelle et une observation électorale indépendante. La coalition veut un fichier électoral propre, reflétant la réalité des électeurs aussi bien de l'intérieur que de la diaspora et inspirant confiance à toutes les parties prenantes aux élections. Elle propose que la Cour constitutionnelle soit recomposée avant cette élection. Dans la même veine, Mme Adjamagbo Johnson et ses collaborateurs veulent une observation électorale nationale et internationale indépendante avant, pendant et après le vote et l’adoption de mesures de sécurisation du bulletin de vote.

Pour la C14, le pouvoir de Faure Gnassingbé n’inspire plus confiance. Il a déjà prouvé, poursuivent-ils, sa capacité à ‘frauder’ des élections boudées par 90% des Togolais, en cooptant des challengers et en soumettant l’Assemblée nationale à ses ordres.

En second lieu, la coalition propose que tous les leaders des partis politiques de l’opposition acceptent de consentir provisoirement un sacrifice en renonçant à leurs ambitions personnelles légitimes de conquérir le pouvoir.

« L’enjeu de l’élection présidentielle à venir est de libérer notre pays d’un régime qui refuse de remettre en jeu le pouvoir qu’il a confisqué depuis plus de cinquante ans, empêchant les populations togolaises détentrices de la souveraineté nationales de prendre leur destin en main », soutient-elle.

Elle dit s’associer aux bonnes volontés qui travaillent pour la détermination d’un candidat unique de l’opposition qui fera face à celui du pouvoir.

Au chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, la coalition demande un certain nombre de choses, notamment la renonciation de lui-même à être candidat à la prochaine élection présidentielle. Cette renonciation, marque-t-elle, ira dans l’intérêt du pays.

« Cette décision créerait les conditions pour une réconciliation des Togolais aux lendemains d’élections aux résultats acceptés par tous. En posant cet acte, l’actuel chef de l’Etat rentrerait dans l’histoire comme celui qui a donné une chance à la démocratie de s’installer au Togo », soulignent les 6 partis politiques de l’opposition.

Read 3458 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…