ADS
29 Apr 2017

Lancement de la phase de réparations : Une nouvelle, belle et grande histoire commence pour le Togo, selon Komi Sélom Klassou

Le processus de réconciliation enclenché au Togo depuis 2009 avec la création de la Commission vérité justice et réconciliation (CVJR), vient officiellement d’entamer ce vendredi la phase de réparation des victimes des troubles sociopolitiques entre 1958 et 2005. Le lancement de cette phase érigée en impératif par le gouvernement togolais, a été fait par le Premier ministre, Komi Sélom Klassou au cours d’une cérémonie solennelle à Lomé.


Tout en témoignant la compassion de tout le gouvernement togolais aux familles des victimes et reconnaissance au peuple togolais pour sa patience, le chef du gouvernement a estimé que c’est une « nouvelle », « belle » et « grande » histoire qui se construit à partir d’aujourd’hui au Togo.
« Les défis des réparations sont innombrables ; ils le sont davantage car les réparations doivent être transformatrices de la société, elles ne doivent pas être la cause d’un nouveau processus de justice transitionnelle », a-t-il rappelé.
Il a appelé les chefs des institutions de la République, les responsables des départements ministériels, les préfets, les présidents des délégations spéciales des préfectures et des communes, les forces de défense et de sécurité, les dirigeants des partis politiques, les responsables des services publics et privés, les chefs traditionnels, les mouvements de femmes et de jeunes, les organisations de la société civile, les syndicats et les médias, bref tous les pans de la société togolaise, à jouer pleinement leur partition tout au long du nouveau processus. Car, a-t-il insisté, « la République doit consolider notre vivre-ensemble qui est le ciment de toute société réconcilié et de progrès ».
Mais avant tout, le Premier ministre a appelé Dieu à apaiser les cœurs malgré les tragédies qui ont été vécues au cours de ces années.
Awa Nana-Daboya, la présidente du Haut-commissariat à la réconciliation et à l’unité nationale (HCRRUN), l’institution qui a la lourde charge de s’occuper des réparations, dit mesurer l’immensité de la tâche. « A l’étape actuelle de sa mission, le HCRRUN mesure les enjeux d’espoir ou d’incompréhension, d’adhésion ou de rejet selon que les attentes légitimes auront été satisfaites », a-t-elle précisé.
Tout en appelant les uns et les autres à soutenir l’institution qu’elle dirige, Mme Nana-Daboya a affirmé que le HCRRUN s’en tiendra à son cahier de charges dans l’exécution du programme de réparations.
Trois (3) phases ont donc été établies : celle allant de 1958 à 1962, celle de 1963 à 2004 et celle des événements de 2005.
Cette première phase d’indemnisations sera couverte avec 2 milliards de francs CFA mis à la disposition du HCRRUN par le gouvernement. Seront prises en compte environ 2.475 victimes sur les 7.057 identifiées pour la période de 2005, sur un total de 22.415 victimes enregistrées par la CVJR entre 1958 et 2005.
Trois (3) pôles d’indemnisation ont été établis, à savoir à Kara pour les victimes des régions des Savanes, de la Kara et de la Centrale ; à Atakpamé pour les victimes des Plateaux-ouest et à Lomé pour couvrir les victimes de Plateaux-est et de la Région maritime.
Mais avant de démarrer les réparations proprement dites, il y aura partout au Togo, une semaine de prière, de méditation et d’offrandes, suivie d’une tournée d’informations et d’échanges. 

Read 1354 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…