ADS
23 Feb 2021

Togo : Anié doté d’un marché à bétail neuf, sécurité, entrées et recettes assurées

La mobilité de bétail entre les pays de l’Afrique de l’ouest est considérée comme un facteur d’intégration par le fait qu’elle favorise un brassage des populations du nord. Elle permet en plus l’approvisionnement en produits animaux des  centres urbains de plus en plus importants qui se sont développés dans ces différents pays notamment du sud. Conscient de ces difficultés et avantages de la mobilité de bétail, Acting-for-live (AFL) et ses partenaires locaux interviennent en Afrique de l’ouest en général et en particulier au Togo depuis 2012 pour apporter des solutions à ces différentes contraintes de la mobilité de bétail.

A cet effet, un nouveau programme a été lancé. Il s’agit du Projet régional de dialogue et d’investissement pour le pastoralisme et la transhumance au Sahel et dans les pays côtiers de l’Afrique de l’Ouest (PREDIP). Il est constitué de cinq (5) composantes : (i) mise en place d’un service régional d’information pastorale ;(ii) renforcement du dialogue et de la gouvernance de la transhumance transfrontalière ;(iii) les investissements pastoraux ;(iv) la formation pastorale et (v) la coordination globale. AFL et ses partenaires exécutent la composante 3 intitulée « Projet d’Appui à la Mobilité du Bétail pour un meilleur Accès aux Ressources et aux Marchés en Afrique de l’Ouest (PAMOBARMA) » par un appel d’offre.

Le PAMOBARMA a été lancé officiellement au Togo du 17 au 22 septembre 2018 à l’hôtel de Dapaong au cours d’une cérémonie regroupant plusieurs acteurs venus de différents pays. Il a pour objectif de sécuriser la mobilité des troupeaux, leur accès aux aménagements agropastoraux et aux infrastructures marchandes notamment au niveau transfrontalier. Pour y parvenir, 3 résultats principaux seront recherchés :  (i) Résultat 1 : Les Organisations de la Société Civile, les Collectivités Locales et les services de l’Etat ont une connaissance partagée des enjeux de l’agropastoralisme au niveau international, national et local ; (ii) Résultat 2 : Les capacités de production et de mise en marché pour les agropasteurs sont améliorées et (iii) Résultat 3 : Un développement cohérent et pérenne de la filière reposant sur une contractualisation CL/OSCP est assuré au niveau de chaque territoire stratégique transfrontalier. C’est dans ce cadre que la Fédération Nationale des professionnels de la filière bétail et viande du Togo (FENAPFIBVTO) en collaboration avec l’ONG Entreprise, Territoire et Développement (ETD) ont accompagné les acteurs de la filière bétail viande de l’Anié jusqu’à la construction finale du marché.

Tout sur le déroulé de la cérémonie

Un marché à bétail digne de ce nom est désormais construit à Anié (25 km au nord d’Atakpamé). Ce marché construit sur un hectare avec 62,555 millions de francs CFA, a fait l’objet lundi d’une cérémonie de réception provisoire entre l’entreprise attributaire des travaux, Del Building et le maître d’ouvrage,  la FENAPFIBVTO représenté par son président M. Alassani Alidou.

C’est en présence du préfet de l’Anié, Agoro Balabawi Ezoula, des responsables de ETD, de la mairie d’Anié 1, le Point focal PREDIP  Dr Gado Bokaya, du Directeur régional du ministère de l’agriculture, de l’élevage et du développement rural des Plateaux, Claude Batchassi et des premiers bénéficiaires de ce marché que sont les commerçants et éleveurs de gros bétail.

Pour le maître d’ouvrage, la satisfaction est totale, surtout quand on sait que la société rend les clés de ce marché avec beaucoup d’avance sur la fin du délai d’exécution.

« Je suis très heureux parce que les délais ont été respectés et la commission a vraiment validé les travaux faits. Je crois que dans l’ensemble, c’est bien. Nous remercions nos partenaires de Acting for Life qui ont permis à ce qu’on bâtisse ce marché à bétail pour les acteurs de l’Anié », a-t-il lancé.

Ce marché est composé de plusieurs lots dont le bâtiment administratif constitué d’un local gardien, 2 grands bureaux et de sanitaires ; un hangar de négociation de 50 places et des toilettes de 2 WC, d’une salle d’eau et de 2 urinoirs et 2 lavabos.

Pour ce qui est du parc, il est installé sur un hectare et composé de 10 box pour accueillir plus de 2000 bœufs et un quai d’embarquement. Dans ce marché, il y a aussi un système d’alimentation en eau qui est un forage de 120 m de profondeur alimenté par un panneau solaire avec un support polytank, le tout relié à un relais groupe.

S’adressant à la mairie d’Anié 1 à laquelle ce marché revient, le préfet Ezoula a fait savoir qu’on a tendance à ne pas prendre soin de la manne qui tombe du ciel.

« Et pourtant, c’est de haute lutte que nous avons arraché ce projet parce que nous savons l’impact qu’il donne dans les milieux où il a été réalisé. Vous devez vraiment vous approprier ce projet », a-t-il déclaré.

Il a souhaité que la voie qui part de la nationale n°1 à ce marché soit rapidement ouverte. Il a également invité la mairie à planter audit marché des arbres.

Quant au maître d’ouvrage de ce marché à bétail qui n’est autre que Alassani Alidou, président de la Fédération nationale des professionnels de la filière bétail et viande du Togo (FENAPFIBVTO), avec ce marché, les  bœufs seront plus en sécurité, la vente sera bien organisée afin qu’il y ait plus d’entrées.

Il a souhaité qu’on instaure la gouvernance dans tout ce qui sera fait ici.

« Nous souhaitons qu’il y ait plus d’entrées d’animaux et plus de recettes à engranger. C’est ce qui nous tient à cœur. Quand on a un marché, l’objectif final, c’est pour qu’il y ait une transparence dans la gestion et que progressivement les entrées s’accroissent et que les recettes augmentent pour qu’au cours des ateliers de reddition, on montre à la population ce qui entre dans la commune pour montrer combien les acteurs participent au développement de la commune. Il faut aussi montrer que depuis la construction du marché, il y a eu de la progression dans les entrées et dans les recettes. Tout ceci, pour que la mairie qui en est le propriétaire final, puisse gagner pour le développement dans ce milieu », a-t-il expliqué.

Pour rappel, la construction de ce marché s’inscrit dans le cadre du Projet d’appui à la mobilité du bétail pour un meilleur accès aux ressources et au marché en Afrique de l’ouest (PAMOBARMA). Ce marché est construit grâce à l’appui financier de l’Union Européenne et de l’Agence Française de Développement (AFD) et sur l’appui technique de Acting-for-life, les partenaires que les uns et les autres n’ont pas cessé de les remercier tout au long de la cérémonie.

Read 427 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…