ADS
09 Apr 2021

Les ‘vraies’ raisons du tête-à-tête Macron-Gnassingbé

Le tête-à-tête tant attendu entre Emmanuel Macron et Faure Gnassingbé a eu lieu ce vendredi à Paris. Quels sont les sujets qui ont été au cœur de cette rencontre entre les présidents français et togolais ? Quelles sont les raisons qui sous-tendent cette rencontre pour laquelle Lomé faisait des pieds et des mains, mais Paris était toujours réticent ? Le site russe Sputniknews en dit long.

Selon ce journal en ligne, le président togolais est aujourd’hui engagé sur des questions qui sont aussi d’intérêt pour la France. Faure Gnassingbé, soutient-on, est aujourd’hui incontournable dans la lutte antiterroriste dans la sous-région ouest africaine.

Emmanuel Macron serait-il séduit par ce que fait Faure Gnassingbé dans la sous-région ?

A en croire Emmanuel Dupuy, président du Think tank Institut Prospective et sécurité en Europe (IPSE) que cite le site russe, les sujets de préoccupation pour la France sont nombreux.

« Il y a l’élargissement de la zone d’influence des groupes armées du Sahel vers la Guinée, et de Boko Haram du Nigeria vers les pays limitrophes. Il y a aussi la problématique de la piraterie maritime sur laquelle le Togo a beaucoup travaillé lorsqu’il présidait le Conseil de sécurité des Nations Unies entre 2012 et 2013.  Il y a en outre, le sentiment antifrançais qui se développe en Afrique francophone », dit M. Dupuy à Sputnik.

Et si cette visite toujours voulue par Lomé n’a lieu qu’aujourd’hui, c’est à raison, souligne la même source.

« D'abord parce que les opposants togolais, notamment ceux qui sont à l'étranger, y étaient très hostiles. Et il faut dire que la diaspora togolaise est très influente en France. Il y a en outre le caractère un peu taciturne du Président français qui a fait que Gnassingbé a pu difficilement imposer son agenda. J'ajouterais que l'ambassadeur de France au Togo de 2017 à 2020, Marc Vizy, n'a pas été favorable », confie-t-il.

Jean-Christophe Bas, président de Global Compass, un organisme de conseil en stratégie et développement international basé en France, donne des raisons pas loin des précédentes.

« Le Président Faure Gnassingbé a montré sa détermination pour endiguer cette vague de terrorisme-dans la région ouest-africaine-qui est aussi un sujet de préoccupation majeure pour la France. Je pense justement que c’est un élément qui a bien pu favoriser cette visite de travail », précise-t-il.  

Selon Sputniknews, l’engagement du Togo pour la paix et la sécurité dans la région ouest-africaine se manifeste aujourd’hui principalement à travers son soutien au Mali depuis le coup d'État de l'été 2020. « Lomé appuie notamment le groupe de soutien à la transition pacifique au Mali qui regroupe les pays amis et des institutions financières et internationales. Or le Mali est justement un pays-clé de la lutte antiterroriste dans laquelle est engagée la France à travers l’opération Barkhane déployée depuis le 1er août 2014 dans la région du Sahel », ajoute le site.

Autre raison qui intéresse la France, selon Jean-Christophe Bas, c’est que sur le plan national, les autorités togolaises sont pleinement engagées dans la lutte contre la menace terroriste en déployant dans le sud comme dans le nord du pays ‘des bataillons militaires qui veillent sur l’intégrité du pays’ sous le contrôle, dit-il, d’un général français.

« Tout cela mis ensemble, avec un budget militaire assez renforcé, fait que le Président Faure Gnassingbé apparaît aujourd’hui comme un des hommes incontournables de la région ouest-africaine dont la France a besoin dans la poursuite de sa lutte contre le terrorisme», ajoute-t-il.

Cependant, Emmnuel Dupuy va ajouter que cette rencontre ne peut éluder le contexte post-électoral de la présidentielle de février 2020 au Togo et la perspective des prochaines élections régionales dans le même pays.

Faut-il le rappeler ? Un scrutin présidentiel a eu lieu le 22 février 2020 et l’un des candidats, en la personne d’Agbéyomé Kodjo, continue de contester les résultats officiels qui donnent Faure Gnassingbé gagnant. Il dit en être le vrai vainqueur. Même en cavale, le candidat de la Dynamique Mgr Kpodzro (DMK) fait tout pour mettre les bâtons dans les roues du pouvoir de M. Gnassingbé.

Read 1402 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…