ADS
24 Nov 2021

Ayewouadan : ‘renforcer la HAAC…nous semble un impératif’

Trois (3) ans après avoir procédé à la régulation de la presse en ligne et au renforcement des pouvoirs de sanctions de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC), l’Assemblée nationale parle entre de cette institution. Mardi, les députés ont accordé leur violon sur la quinzaine d’articles soumis à leur analyse, donnant ainsi à la HAAC une nouvelle mouture de sa loi organique.

C’était en présence de 2 commissaires au gouvernement, le ministre de la communication et des médias, Prof. Ayewouadan Akodah et celui chargé des relations avec les institutions de la République, Christian Trimua.

Lors de sa séance plénière sur la relecture de la loi organique relative à la HAAC, l’Assemblée nationale a procédé à la modification de 13 articles et à l’abrogation d’un seul. Il s’agit des articles 5, 6, 11, 13, 31, 46, 54, 62, 63, 65, 66, 67 et 69. L’article 34 qui dispose de la nomination des responsables des médias publics après avis de la HAAC, a été abrogé.

« Aujourd’hui, renforcer la HAAC dans son rôle d’organe indépendant de régulation des médias, chargé d’accompagner les acteurs de la presse et de la communication tout en leur garantissant et en leur assurant la liberté d’exercice de leur profession nous semble un impératif. Et la relecture partielle voulue par le gouvernement porte le témoignage de la solidité de l’existant », a lancé le ministre de la communication à la fin du vote.

Selon lui, cette révision de cette loi organique a pour ambition de raffermir la liberté d’expression, de rassurer les professionnels de la communication qui, dira-t-il, pourront, dorénavant s’inscrire dans un rapport davantage pédagogique entre eux et l’instance de régulation.

Concrètement, cette loi accorde au secteur de la communication et des médias de nouvelles dispositions réglementaires devant contribuer à renforcer les relations entre la HAAC et les acteurs de la presse.

Dorénavant, estime le ministre, le triptyque autorégulation incombant à l’Observatoire togolais des médias (OTM), régulation, à la HAAC et judiciaire réservé au pouvoir judiciaire, est bien mis en lumière.

Pour la présidente de l’Assemblée nationale, l’adoption du projet de loi modifiant la loi organique du 10 décembre 2018 relative à la HAAC permet d’établir une relation de confiance entre les professionnels des médias et de la communication et la HAAC.

Pour rappel, la relecture de la loi organique tombe dans un contexte où des journaux sont sanctionnés par la HAAC. Selon les informations, le dernier journal sanctionné a formé un pourvoi contre la décision de l’autorité l’ayant suspendu pour 2 mois.

Read 297 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…