ADS
25 Oct 2021

Togblekope : fin de course malheureuse pour un homme, bourreau de ses propres enfants

Depuis quelques jours, la brigade de gendarmerie de Togblekope a interpellé un homme qui passe son temps à traiter ses 2 enfants de 11 et de 6 ans comme des esclaves. Conducteur de taxi-moto, c'est une vraie star des châtiments corporels. La semaine dernière, il a encore déversé sa bile sur son garçon de 11 ans. Celui-ci s’en sort avec des blessures sur tout son corps et un poignet brisé.

Selon les informations reçues par Global Actu, le garçon s’est rendu à l’école mais n’arrivait pas à s’asseoir. L’enseignant ayant constaté que l’enfant avait des difficultés à s’asseoir, lui a posé des questions. Comme réponse, l’enfant dit que ses fesses lui faisaient terriblement mal.

Il a donc été conduit chez le directeur de l’établissement par son enseignant. Ce qu’ils découvrent une fois que l’enfant s’est déshabillé, est terrible. Il avait une grande plaie sur une fesse, conséquence des châtiments corporels auxquels il a été soumis la nuit durant. Son dos et son abdomen arborent de nombreuses cicatrices, preuve qu’il a subi des sévices corporels.  

L’enfant est rapidement conduit dans un centre de santé. Là, on se rend compte qu’il a aussi une entorse au poignet. On apprend qu'il bat aussi son second enfant de 6 ans, de la même manière.

L’homme, plusieurs convoqué par l’école de son garçon de 11 ans, n’a jamais daigné répondre. Face à cette situation, le directeur de l’établissement n’a pas pu faire autre chose que de contacter la gendarmerie qui, rapidement, a procédé à l’interpellation du papa châtieur. Celui-ci dit avoir mis son propre enfant dans cet état parce qu’il a fait la cuisine avec le gaz butane.  

Des informations, on apprend que sa femme l’a quitté il y a un moment, laissant derrière elle les 2 enfants qu’ils ont eus de leur union.

Heureusement, ce garçon ne sera plus à la charge de son père. Des défenseurs des droits de l’homme se sont fortement impliqués et dorénavant, il sera à la charge dans une institution.

Read 2012 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…