lundi, août 15, 2022
black
black
previous arrow
next arrow
More

    Dapaong : face-à-face Faure Gnassingbé-forces vives, l’affaire des bœufs discutée

    Suite aux attaques terroristes meurtrières de ces derniers jours dans la région des Savanes, le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé a eu mercredi à Dapaong une rencontre avec les populations de cette région. Une rencontre qui, selon les informations, s’est voulue libre, courtoise et aboutissant à des propositions pour juguler les attaques terroristes.

    Selon les informations, la fameuse question de la saisie des bœufs dans la préfecture de Kpendjal a cristallisé les débats.

    Selon le ministre des droits de l’homme, Christian Trimua cité par Savoirnews, cette affaire n’a aucun lien avec les attaques terroristes.

    « Il ne faut donc pas créer une confusion entre le règlement d’une situation liée à des déplacements transfrontaliers de bétails très importants que le gouvernement gère dans un contexte sécuritaire où il faut vérifier quels sont les propriétaires, leurs incidences sur la sécurité du pays et sur les actions de nos forces de l’ordre et de sécurité le long de la frontière et les attaques terroristes. Ce problème de transhumance n’est pas en lien avec ces attaques terroristes que notre pays subit », a déclaré le ministre.

    Cette affaire de bœufs serait-elle juste un prétexte pour les terroristes qui ont frappé il y a quelques jours 4 villages et auraient dit aux populations de demander à leurs autorités de retourner les bœufs saisis ?

    Des mesures fortes attendues

    Les populations qui ont pris part à cette rencontre ont formulé plusieurs autres propositions pertinentes dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

    « Ces propositions contribueront à alimenter et enrichir les décisions et mesures fortes qu’imposent les circonstances, en vue de préserver les vies humaines et de renforcer la sécurité et la protection des populations et du territoire national. Le chef de l’Etat a appelé la population à prendre conscience des sacrifices que la situation que la situation impose », précise un communiqué du gouvernement.

    Aucune stratégie n’a été dévoilée

    Le premier des Togolais et ses accompagnateurs qui sont pour la plupart des ministres, n’ont pas dévoilé aux participants à cette rencontre une stratégie claire.

    « Le terrorisme n’est pas une guerre comme les autres, il n’y a pas de front. Parfois les ennemis sont autour de nous, parfois parmi nous et d’autres de l’extérieur. Parfois c’est une forme de trahison, des informations qu’on lâche ici et là. C’est pourquoi ce n’est pas le moment de dévoiler notre stratégie, elle doit être secrète parce que l’information est aussi une arme de guerre. Nous devons rester vigilants », a souligné le chef de l’Etat.

    ARTICLES RÉCENTS

    Latest Posts

    togook
    foire2022
    previous arrow
    next arrow