mardi, octobre 4, 2022
black
togocdeux
previous arrow
next arrow
More

    Togbui Dagban : ‘balayer la nuit est à la base d’un certain nombre de maladies’

    - Advertisement -

    La communauté internationale a célébré le 9 août dernier la journée internationale des peuples autochtones. Invité jeudi sur une radio à se prononcer sur la situation des autochtones au Togo, Togbui Dagban Ayivon a insisté sur la perte d’un certain nombre de valeurs qui n’avantage pas la communauté Bè, propriétaire de Lomé avec les communautés Aflao et Agoè-Nyivé.

    Selon lui, toutes les communautés autochtones ont des valeurs cultuelles dont le respect les protège contre certaines calamités. Le chef du quartier Adakpamé Apéyéyémé (Golfe 1) a donné l’exemple des valeurs cultuelles.

    « Dans le temps, nous ne sifflons pas la nuit. Et lorsque quelqu’un le faisait, on l’interpellait. Mais aujourd’hui, si on ne sait pas interpeler ces personnes, on t’envoie paître parce qu’à un moment donné, la situation d’elle-même, consciemment ou inconsciemment, a basculé. Et les autochtones se sont sentis petit à petit muselés », a lancé le garant des us et coutumes sur Nana FM.

    Il a poursuivi en disant que la communauté Bè (comme pratiquement toutes les communautés Ewe d’ailleurs, ndlr) ne balaie pas la nuit.

    « Les gens ont l’apanage de balayer la nuit, surtout les sociétés de balayage et de nettoyage. Cela, dans notre croyance, attire des ondes négatives sur la contrée. C’est pour cela que nous ne manquons pas de le rappeler pour tirer notre épingle du jeu, pour dire à nos ancêtres que nous ne pactisons pas avec ces pratiques », a-t-il précisé.

    Cette pratique (balayer la nuit), selon le garant des us et coutumes, est à la base d’un certain nombre de maladies pulmonaires et de toux. « Si les gens arrivent à s’accorder sur cette recommandation qui a fait la nuit des temps, beaucoup de maladies vont disparaître de la localité », a-t-il ajouté.

    Togbui Dagban a aussi fait un clin d’œil aux valeurs linguistiques qui sont également en perdition.

    « Le blanc est dans sa logique de domination à partir de son éducation et de l’imposition de sa langue. Mais qu’est-ce qui nous empêche de créer parallèlement une école ou université populaire où nous allons échanger et communiquer sur nos valeurs pour que nos enfants puissent les acquérir mieux ? », se demande ce chef traditionnel.

    Il propose aussi que le Togo fasse école dans le domaine de la spiritualité pour, dira-t-il, permettre aux enfants d’assimiler la spiritualité traditionnelle et ne deviennent pas de « petits blancs écartés ou hybrides ».

    « Je ne bafoue pas l’éducation des blancs. Grâce à l’anglais par exemple, nous sommes plus actifs dans le concert des nations. Nous sommes mieux lotis que les blancs même. Mais de l’intérieur, nous devons embrasser des carrières autochtones et inculquer certaines valeurs », a-t-il soutenu.

    - Advertisement -

    ARTICLES RÉCENTS

    Latest Posts

    tgcom22
    semaine2
    tgcomoct
    previous arrow
    next arrow