samedi, février 4, 2023
black
togocdeux
previous arrow
next arrow
More

    Togo : les auteurs de grossesses sur apprenantes risquent désormais gros

    - Advertisement -

    Désormais, tout auteur d’une grossesse d’une apprenante va écoper d’une peine d’emprisonnement de 1 à 5 ans et d’une amende de 1 à 5 millions de francs CFA, si l’apprenant a 16 ans. Au cas où l’apprenante a moins de 16 ans, c’est le double de la peine qui sera appliqué à l’auteur de la grossesse.

    C’est ce que dit une nouvelle loi sur la protection des apprenants. L’Assemblée nationale a adopté mardi la loi relative à la protection des apprenants contre les violences à caractère sexuel au Togo. Les travaux ont été présidés par Djigbodi Yawa, en présence de 3 ministres dont celui des enseignements primaire, secondaire et technique, Prof. Dodzi Komla Kokoroko.

    La nouvelle loi incrimine plusieurs actes de violence à caractère sexuel comme l’atteinte à l’intimité, l’attouchement et le harcèlement sexuel, la pédophilie et le viol dans les institutions éducatives, centres d’apprentissage et de formation professionnelle.

    Ces actes, selon la présidente de l’Assemblée nationale, impactent négativement les études des apprenants et compromettent leur avenir. Les maux que causent ces actes sur les apprenants sont aussi légion. On peut citer les traumatismes, la baisse de résultats scolaires, les grossesses précoces.

    « La protection des apprenants contre les violences à caractère sexuel répond à la préoccupation majeure de leur garantir un développement sain, harmonieux et équilibré. Ce combat doit être un combat collectif », a déclaré Mme Tsègan, ajoutant qu’on ne peut pas nier ce qui se passe.

    Selon les informations, cette nouvelle loi garantit aussi un accompagnement des victimes. Elle prévoit donc la création d’un observatoire national pour le suivi-évaluation des violences sexuelles.

    C’est surtout sur ce point d’accompagnement que le bât blesse. Le plus souvent, face à la situation d’une fille régulièrement inscrite qui tombe enceinte, on se demande encore s’il faut envoyer l’auteur en prison ou le garder près de sa victime. Les mécanismes nationaux devant accompagner les victimes à entretenir leur grossesse et à prendre soin de l’enfant qui va naître, sont inexistants.

    Pour rappel, en matière de grossesse en milieu scolaire et d’abandon scolaire par les filles, les chiffres sont alarmants. Une étude réalisée au cours de l’année scolaire 2020-2021 donne plus de 1200 filles d’âge compris entre 15 et 17 ans et en classe de 5ème en Seconde, enceintes. En 2020, on parle de plus de 17.000 abandons scolaires par les filles.

    - Advertisement -

    ARTICLES RÉCENTS

    Latest Posts

    tgcomdec
    togocom20231
    previous arrow
    next arrow