samedi, juin 10, 2023
black
tgcoms4
forfait
previous arrow
next arrow
More

    Akollor : ‘un retour aux heures les plus sombres de la presse togolaise’

    - Advertisement -
    - Advertisement -
    - Advertisement -
    - Advertisement -

    Le Patronat de la presse togolaise (PPT) condamne l’inculpation dont ont été objet 3 journalistes il y a quelques jours. Dans un communiqué intitulé ‘le journalisme est en danger au Togo’, l’organisation patronale craint qu’avec cette affaire, on va vers des heures les plus sombres de la presse togolaise.

    Le document signé par Isidore Sassou Akollor, président du PPT, invite les journalistes et les organisations professionnelles à rester mobilisés pour obtenir la libération de Ferdinand Ayite et Joël Egah.

    « Les griefs portés contre les journalistes dans l’exercice de leur profession doivent être appréciés au regard des dispositions du code de la presse et non du code pénal. S’obstiner à appliquer aux journalistes critiques du pouvoir le code pénal, en vue faciliter leur détention, fait craindre un retour aux heures les plus sombres de la presse togolaise, qui a pourtant fait de la dépénalisation des délits de presse son cheval de bataille depuis 2004 », écrit le patron du PPT.

    La situation, souligne-t-il, est de nature à favoriser l’autocensure dans les médias. Surtout, insiste-t-il, elle jette du discrédit sur le gouvernement du chef de l’Etat, Faure Gnassingbé.

    Quelle triste fin d’année 2021 pour la presse togolaise, s’écrit le PPT.

    Le PPT demande au gouvernement de faire relire les articles 3, alinéa 2 et 5 du code de la presse et de la communication. La première disposition exclut du champ d’application du code de la presse les réseaux sociaux qui relèvent du droit commun. Ce qui fait que les propos d’un journaliste, s’ils sont tenus dans les réseaux sociaux, peuvent l’amener à répondre au regard du droit commun.

    Les mêmes commentaires, s’ils sont faits dans les colonnes d’un journal ou sur une radio traditionnelle par exemple, relèvent du code de la presse, si jamais il y a un problème.

    Il faut rappeler que les 3 journalistes contre qui une procédure judiciaire est ouverte, sont respectivement animateur et journalistes invités dans l’émission débat ‘l’autre journal’ sur la chaîne Youtube ‘L’Alternative TV’. Deux d’entre eux sont placés sous mandat de dépôt et le 3ème est sous contrôle judiciaire.

    - Advertisement -

    ARTICLES RÉCENTS

    Latest Posts

    tgcoms2
    tgcoms3
    mega1
    togocom20231
    previous arrow
    next arrow