jeudi, mars 23, 2023
black
black
previous arrow
next arrow
More

    Togo : 80% de la population active sont sans protection sociale, un réseau pousse un cri d’alarme

    - Advertisement -
    - Advertisement -
    - Advertisement -
    - Advertisement -

    Près de 5 ans après la dérogation accordée aux Etats membres par l’UEMOA pour appliquer le règlement portant réglementation de la mutualité sociale au sein de cet espace communautaire, il n’existe pas jusqu’ici de cadre juridique approprié pour les mutuelles sociales au Togo. Cette situation n’est pas du goût du réseau national multi acteurs de protection sociale du Togo. En conférence de presse jeudi à Lomé, le réseau a lancé un cri d’alarme au gouvernement.

    Selon ce réseau composé de 13 organisations, une forte proportion de la population n’a toujours pas accès aux soins de santé. Les exclus de la protection sociale représentent plus de 80% de la population active pendant que leur contribution au PIB est de l’ordre 44%. Les comptes de la Santé font état de ce que le paiement direct des soins par les ménages est respectivement de 58,27% en 2010, 54,42% en 2013 et 53,15 % en 2014, une situation qui aggrave l’état de précarité de cette frange de la population.

    Il précise que l’Institut national d’assurance maladie (INAM) ne couvre que 4,7%, les assurances privées sont dans l’ordre de 2%, les mutuelles de santé, 1% et School Assur, 28%.

    « Nous demandons au gouvernement d’accélérer le processus de validation et d’adoption des textes juridiques réglementant la création, le fonctionnement et la gestion des prestations des mutuelles sociales conformément aux règles prudentielles de la Confédération africaine de prévoyance sociale (CIPRES) et au règlement n°07/2009/cm/UEMOA du 26 juin 2009 portant réglementation de la mutualité sociale au sein de l’UEMOA », a lancé ce réseau.

    Il s’agit précisément pour les 13 organisations membres de ce réseau, de mettre en place les 3 instruments prévus par le règlement communautaire, notamment l’organe administratif de la mutualité sociale, le registre d’immatriculation des mutuelles sociales et le fonds national de garantie.

    Cet acte, souligne ce réseau, aura des retombées ‘positives’ pour l’ensemble des acteurs, à savoir le décideur, les mutuelles et la population.

    Et de marquer, l’extension de l’assurance maladie ne saurait aboutir sans le mouvement mutualiste. Le réseau n’en veut pour preuve que certains pays de la sous-région comme le Mali, le Burkina Faso et le Sénégal, qui ont la même situation socio-économique que le Togo, se sont appuyés sur les mutuelles de santé pour bâtir leur système couverture sanitaire universelle. Un choix qui trouverait sa légitimité dans le cadre législatif communautaire régissant les mutuelles dans l’espace UEMOA.

    Pour rappel, le réseau national multi acteurs de protection sociale du Togo est créé en mars 2014 et compte en son sein 13 organisations mutualistes, syndicales, paysanne, de micro finance et de défense des droits humains. L’objectif de ce réseau est de contribuer au plan national à l’élaboration, à la mise en œuvre et au suivi-évaluation des politiques de protection sociale et de mener des actions de plaidoyer pour la jouissance effective des mesures prises en faveur des groupes cibles.

    - Advertisement -

    ARTICLES RÉCENTS

    Latest Posts

    togocom20231
    togocom20231
    previous arrow
    next arrow