ADS
20 Nov 2020

Kofi Kpenkpa : ‘chaque enfant doit être l’alerte de son camarade dans la dénonciation des actes de violences’

Aujourd’hui, vendredi 20 novembre 2020, le monde entier célèbre la Journée internationale des droits de l’enfant. Au Togo, une organisation joue un rôle dans la défense des droits de l’enfant depuis des années. Il s’agit du Forum des organisations de défense des droits de l’enfant au Togo (FODDET). Son président, Kofi Tchegnon Kpenpka, nous parle de cette journée.

Le Directeur exécutif de l’ONG AVOPOJED-Togo profite de l’occasion pour lancer un appel aussi bien aux parents, à l’Etat qu’aux enfants eux-mêmes.

Voici l’intégralité de l’interview

Les journées se suivent mais ne se ressemblent pas. Aujourd’hui, le monde entier célèbre la Journée internationale des droits de l’enfant. Pourquoi l’initiative d’une telle journée ?

La journée internationale des droits de l'enfant marque la date de l'adoption de la Convention internationale droits de l'enfant (CIDE), le 20 novembre 1989, par la résolution 44/25 de l'Assemblée générale des Nations Unies. Cette journée célèbre ainsi les enfants du monde entier et appelle à une introspection et à un engagement sérieux pour faire face aux nombreux défis auxquels sont confrontés les enfants à travers le monde. Elle tente aussi de faire valoir la Convention internationale des droits de l'enfant de 1989.

Vous parlez de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant ?

La Convention Internationale des Droits de l'Enfant est un texte de 54 articles, adoptée par les Nations Unies le 20 novembre 1989. Elle affirme qu'un enfant n'est pas seulement un être fragile qu'il faut protéger mais que c'est une personne qui a le droit d'être éduqué, soigné, protégé, quel que soit l'endroit du monde où il est né. Et aussi, qu'il a le droit de s'amuser, d'apprendre et de s'exprimer. Elle a été ratifiée par 196 pays sur 197, soit la quasi-totalité des Etats signataires. Le Togo fait partie des pays qui ont ratifié ce texte. Seul les Etats-Unis n’ont pas encore ratifié ce texte.

Quels sont les textes qui protègent les droits de l’enfant au Togo ?

Il y a plusieurs textes qui protègent le droit de l’enfant au Togo, notamment des textes internationaux et régionaux que le Togo a ratifiés et des textes nationaux que le Togo même a adoptés. Par exemple, le Togo fait partie des pays qui ont signé la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH) de 1948 et a ratifié la Convention des nations Unies relative aux droits de l’Enfant (CDE) de 1989 et la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant (CADBE) de 1990.

Et si je reviens au niveau du Togo, je peux citer les textes comme la Constitution qui a consacré les articles 31, 35 et 36 à la protection de l’enfant ; la loi n°2012-014 portant code des personnes et de la famille et la Loi n°2007-017 portant code de l’enfant. Ce document de 457 articles est appelé code de l’enfant, il a été adopté le 25 juin 2007 et promulgué le 06 juillet 2007. Le code de l’enfant contient des dispositions légales de protection des droits de l'enfant en conformité avec les instruments juridiques internationaux ratifiés. Il définit l'enfant et reconnaît que l'intérêt supérieur de l'enfant s'impose dans toute action ou décision le concernant.

Qu’est-ce que FODDET fait dans la protection et la promotion des droits de l’enfant au Togo ?

Permettez-moi tout d’abord de présenté FODDET, Le Forum des organisations de défense des droits de l’enfant au Togo (FODDET) est porté sur les fonds baptismaux le 29 septembre 2004. Il est composé de 9 réseaux thématiques des droits de l’enfant. Il s’est donné pour mission de « mettre en synergie les actions des réseaux membres en vue de l’épanouissement des enfants ».

FODDET a réalisé ces dernières années un certain nombre d’actions allant dans le sens de la protection de l’enfant. On peut noter entre autres le renforcement de capacités de ses membres et de certains autres acteurs y compris les enfants, l’accompagnement des communes dans la budgétisation sensible aux droits de l’enfant, et l’amélioration de sa gouvernance interne. Par ailleurs, des actions de plaidoyer ont été entreprises en vue d’inciter l’État à ratifier le 3e protocole additionnel à la CDE et la rédaction des rapports dus aux organes des traités en matière de droits de l’enfant.

Quelles sont vos difficultés dans l’exercice de votre mission ?

Comme toutes les organisations, nous rencontrons des difficultés sur plusieurs plans. Nous avons des difficultés pour mobiliser des ressources nécessaires pour la mise en œuvre des programmes et projets en faveur des enfants ;

Quel est le message clé pour les enfants, les familles et l’Etat à travers cette Journée internationale ?

A l’endroit des parents, en cette période où tout le monde entier célèbre la Journée Internationale du droit de l’enfant, je voudrais en appeler au sens de responsabilité des parents face au respect et à la sauvegarde des droits de l’enfant et surtout à la vigilance face à leur surveillance.

A l’endroit l’Etat, je tiens à féliciter le chef de l’Etat, Faure Essozimna Gnassingbé par son engagement vis-à-vis du droit de l’enfant à travers ses multiples efforts pour l’épanouissement et le bien-être des enfants au Togo.

A l’endroit des enfants,  je dis que chaque enfant soit l’alerte de son camarade et collègue enfant dans la dénonciation des actes de violences sur un enfant dans les communautés.

Votre mot de fin ?

C’est le lieu de remercier tous les acteurs de la chaîne de protection, notamment les partenaires techniques et financiers, les Organisations non gouvernementales, les leaders religieux et traditionnels pour les efforts inlassables qu’ils ne cessent de déployer afin d’accompagner les actions de protection de l’enfant au Togo.

Bonne fête à tous les enfants !

Read 488 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
CIMTogo
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…