ADS
20 Oct 2020

Engagement politique : 30 filles en cours de préparation à Danyi et Cinkassé par le CACIT

Au Togo, les femmes représentent plus de la moitié de la population générale. Cependant, dans les instances de prise de décision, elles sont minoritaires. Le Collectif des associations contre l’impunité au Togo (CACIT) veut contribuer à donner à la femme togolaise sa place.  L’organisation de défense des droits de l’homme tient simultanément depuis lundi à Danyi et Cinkassé, 2 camps en leadership transformationnel. C’est à l’endroit de 30 filles lycéennes identifiées sur la base de leur résultat scolaire au BEPC.

L’objectif de ce camp, c’est de contribuer à l’empowerment des jeunes filles en vue de renforcer leur représentativité dans les instances de prise de décision au sein des programmes de développement communautaire.

Au sortir de ce camp, les participantes seront aptes à organiser des actions de sensibilisation pour la promotion de la participation politique des femmes dans la région des Plateaux et des Savanes.

Dans son discours d’ouverture de ce camp à Cinkassé, Rachel Molley, responsable du département de la protection au CACIT a dressé un tableau peu glorieux de la situation des femmes au Togo : les femmes ministres représentent 23,07% contre 76,93% de ministres hommes en  2018, les femmes fonctionnaires en 2017 constituent 19,30% contre 80,7% fonctionnaires masculins. Lors des récentes élections locales, sur 1527 postes à pourvoir, 129 sièges sont revenus aux femmes soit un taux de 08 %. Dans les communes de Danyi 1, Danyi 2, Cinkassé 1 et Cinkassé 2, sur les 49 postes à pourvoir, à peine 09 sont occupés par des femmes.

« Le leadership des femmes et leur participation à la vie politique sont partout menacés. Les femmes sont sous-représentées aussi bien comme électrices que dans les fonctions dirigeantes telles qu’au sein des assemblées élues, dans l'administration publique ou encore dans le secteur privé ou le monde universitaire. Et ceci malgré leurs compétences maintes fois démontrées en tant que leaders et agents du changement et en dépit de leurs droits de participer en toute égalité à la gouvernance démocratique », a-t-elle souligné.

Ce n’est pas le préfet de Cinkassé qui dira le contraire. « Imaginons en ce moment précis, que toutes les femmes devenues leaders, se mobilisent et participent au même titre que les hommes dans les instances de prise de décision publiques et politiques, dans la gestion de leurs communautés, famille, entreprises, ... je crois alors que nous aurons un monde satisfaisant et un développement plus durable », a-t-il vivement souhaité.

Pour information, ces camps transformationnels font partie du projet d’appui à une participation politique des femmes dans la région des Plateaux et des Savanes. Il est financé par l’ambassade d’Allemagne au Togo.

2 autres temps forts sont inscrits au cœur de ce projet. Après les camps transformationnels, un atelier sera organisé pour renforcer les capacités des Organisations de la société civile (OSC), des journalistes, des leaders communautaires sur l’approche genre. S’en suivra une table ronde avec les élus locaux su l’intégration de l’approche genre et l’approche basée sur les droits de l’Homme dans les politiques de développement communautaire.

Pour rappel, les camps transformationnels prennent fin le 23 octobre prochain aussi bien à Danyi qu’à Cinkassé.

Read 302 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
CIMTogo
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…