ADS
31 Jul 2020

Esther Ayélé Gabiam à ses sœurs togolaises : ‘je nous demande de faire un peu plus’

Les femmes sont encore à l’honneur ce dernier jour du mois de juillet. C’est la journée de la femme africaine. Une occasion saisie par la députée togolaise Esther Ayélé Gabiam pour passer un message aussi bien à ses semblables d’Afrique que du Togo.

C’est par le biais de son mur Facebook que cette élue de la circonscription Lacs-Bas-Mono lance un appel aux femmes en général à ne pas du tout baisser les bras.

« Femmes africaines, femmes battantes, femmes émergentes, femmes plein d'avenir, ce jour est le nôtre. Saisissons-la, faisons entendre nos voix. La femme africaine que nous sommes, souffrons en silence. Nous devons nous manifester et sortir la tête de l'eau. Nous devons renaître de nos cendres », a posté Esther Ayélé Gabiam.  

Forte du thème retenu au niveau africain pour cette journée qui est ‘"renaître de ses cendres, celles qui l'ont fait, et celles qui le font’, la députée pense que la femme africaine doit renaître de ses cendres. Pour y arriver, assure-t-elle, l’homme doit jouer son rôle.

A ses sœurs togolaises, elle dit ceci : « mes sœurs font le nécessaire, mais je nous demande de faire un peu plus. Mes mamans et sœurs du Togo et des Lacs, je nous souhaite bonne fête tout en nous demandant de garder la tête haute. Le combat n'est pas encore terminé. Du chemin a été parcouru, du chemin reste à parcourir ! ».

Pour cette députée togolaise, il va de soi que les femmes africaines ont leur place dans la société et surtout dans le développement des différentes nations.

Pour rappel,  le 31 juillet a été consacré Journée de la femme africaine à l’occasion du premier congrès de l’Organisation panafricaine des femmes (PAWO en anglais) qui s'était tenu à Dakar, au Sénégal, le 31 juillet 1974.

Read 297 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
CIMTogo
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…