ADS
15 Jan 2020

Togo : la transhumance transfrontalière, un thème phare du forum du paysan

Le ministère de l’Agriculture, de la production animale et halieutique prépare activement la 12ème édition du Forum national du paysan togolais (FNPT). Il aura lieu du 23 au 25 janvier 2020 au palais des congrès de Kara. Entre autres thèmes phares de cette rencontre, il y a la transhumance transfrontalière.

Mieux encore, ce sera le Plan opérationnel de gestion de la transhumance (POGT) 2020 qui sera au cœur du débat. Ce plan mis en œuvre au Togo, comporte des solutions adaptées aux nouveaux enjeux relevés au cours des différentes campagnes de transhumance.

Au cours de la campagne 2019, le POGT a permis d’enregistrer des résultats élogieux : zéro conflit mortel  comme en 2017  et 2018, 8 incidents mineurs contre 9 incidents en 2018, 10 370 têtes de  bovins enregistrés  pour une perception de taxe de plus de 56 millions de francs CFA  en 2019 contre 30 077 têtes de bovins transhumants en 2018 pour une perception de taxe de 65 millions.

Ces résultats engrangés, sont obtenus grâce aux réponses aux exigences de terrain. Elles ont pour nom les entrées précoces, les départs tardifs, la sédentarisation et les dévastations.

Les missions de partage du contenu du POGT avec les pays de départ de transhumants sont des signaux essentiels pour prévenir certaines dérives.

La restriction de l’effectif de bovins à recevoir en fonction du disponible fourrager des zones d’accueil dont les superficies s’amenuisent du fait des effets négatifs du changement climatique, la publication des dates d’ouverture et de fermeture des campagnes, le lancement officiel, la responsabilisation des comités préfectoraux, tous ces éléments ont concouru à la réalisation d’une mobilité aisée. 

Le Togo, pays qui comme les autres a connu déjà les affres de ce phénomène, accorde une importance particulière à la transhumance frontalière. Car, dit-on, les dérives qui pourraient résulter de la gestion malencontreuse ou controversée de ce mode d’élevage, la marginalisation de certaines communautés, peuvent constituer des germes de déstabilisation de la sous-région. Une sous-région qui fait déjà face à d’autres défis, notamment les crises alimentaires et nutritionnelles, aux effets négatifs du changement climatique et à l’insécurité transfrontalière.

Read 262 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
CIMTogo
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…