16 Aug 2019

Togo : les femmes juristes offrent des vivres aux enfants d’un orphelinat

Touchée par le sort des enfants orphelins et abandonnés, l’Association des femmes juristes du Togo (AFJT) a offert vendredi aux enfants de l’orphelinat ‘Maison de la providence’ à Adidogomé à Lomé, un don de vivres. Composé de sacs de riz, de spaghettis, d’huile, du lait entier et du sucre, ce don estimé à une valeur de 300.000 francs CFA, est accompagné d’une enveloppe de 100.000 francs. Il est destiné à 31 enfants dont 19 filles.

C’est au cours d’une cérémonie symbolique empreinte de chants, de danses et de joie des enfants bénéficiaires qui visiblement, sont contents de savoir que des gens pensent à eux. Un accueil qui a particulièrement touché la délégation des donatrices conduite par leur présidente, Me Emilie Azibli Wolou.

« Nous sommes tout autant émues de voir ces enfants avec un sourire aux lèvres, de savoir qu’il y a des personnes qui pensent à eux, ça fait chaud au cœur. En réalité, nous avons voulu témoigner notre amour à l’endroit de ces enfants qui sont également nos enfants. Nous estimons que les enfants orphelins ont le droit de bien s’alimenter et de recevoir une bonne éducation », a déclaré la présidente de l’AFJT.

Selon elle, l’une des raisons qui a motivé le choix de cet orphelinat, est le nombre des filles prises en charge. Le geste, a-t-elle souligné, s’inscrit dans le cadre de la Journée internationale de la femme africaine célébrée chaque 31 juillet.

Pour Jean Koffi Gbodossou, co-fondateur de l’orphelinat bénéficiaire du don, les vivres qui sont donnés, tombent à pic parce que vont permettre aux enfants de passer de vacances tranquilles.

Pour information, l’orphelinat prend en charge 2 types d’enfants : ceux qui sont abandonnés à leur naissance et ceux dont les mamans sont décédées à l’accouchement. Les premiers sont mis en adoption et les seconds sont placés à l’orphelinat jusqu’à un temps puis réinsérés dans leur famille.

Créée depuis plusieurs années, l’AFJT est officiellement reconnue il y a 2 ans.   Elle est composée de praticiennes du droit, notamment des avocates, des magistrates, des notaires, des huissiers de justice, des greffières, des commissaires-priseurs, des enseignantes à l’université.

Elle a pour but la défense des droits de la femme et la jeune fille.

Read 235 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…