06 Jul 2019

Togo : grâce à la fondation Mable Agbodan, Aklakou peut gérer et profiter de l’environnement

Une délégation de 43 élèves hollandais s'est associée à des binômes togolais ce samedi dans la préfecture des Lacs, plus précisément à Aklakou (75 km au nord-est de Lomé) pour échanger avec les populations de cette localité sur l'autonomisation de la femme.

C'est au cours d’une journée dénommée ‘Femme pour Femme’ organisée par la fondation Mable Agbodan, en collaboration avec la fondation Togo tourisme et développement. Elle vise à sensibiliser ces hommes, femmes, filles et jeunes d'Aklakou sur tous les projets et problèmes actuels liés à l'environnement, à l'éducation et à la santé.

Dans un premier temps, c’est une course Ecojogging qui a été au rendez-vous et plus de 100kg de déchets plastiques ont été évacués dans les rues d'Aklakou.

« C'est une activité que nous avons faite ce matin à Aklakou, en même temps sensibiliser la population parce que beaucoup de personnes ignorent que ces déchets représentent des dangers », a déclaré Félix Tagba, fondateur d'Ecojogging.

Pour le fondateur Togo tourisme et développement, Léopold Ekue Messan, l'activité de l'Ecojogging que connaît cette localité de l’intérieur du Togo pour la première fois,  a permis de jauger son état par rapport aux déchets plastiques. « Nous ne pouvons pas tout faire ensemble. Nous avons un projet ensemble avec Ecojogging, EcoTecLab et Livingstone House pour que les mois à venir, ce problème soit résolu dans le milieu en soutien aux jeunes de la localité », a-t-il ajouté.

La fondatrice de Mable Agbodan a sensibilisé les jeunes venus nombreux à cette séance sur l'alphabétisation des femmes et l'artisanat. Ses premiers mots sont allés premièrement à l’endroit des jeunes filles.

« Aux jeunes filles d'aujourd'hui, je leur ai dit d'avoir confiance en elles, d'arrêter de croire que leur vie dépend de quelqu'un. Je leur ai aussi dit de commencer à comprendre que leur vie dépend d'elles-mêmes, elles doivent se donner des ambitions et des moyens pour les atteindre, quelles que soit les difficultés, et se fixer des objectifs », a-t-elle laissé entendre.

A tous les jeunes, a-t-elle poursuivi, ils doivent savoir que lorsqu’on voit les déchets et on les ramasse, on pourrait en faire de l'argent. 

« A ces jeunes, je leur dis juste de ne plus dépendre de leurs parents en ce qui concerne  l'argent, mais de commencer à travailler en participant à la propreté de la ville et se faire de l'argent de poche eux-mêmes »,, a-t-elle conclu.

Au cours des activités qui ont meublé la journée, deux (2) sensibilisations ont été au programme : une sur One Billion Rising Dance et l'autre sur l'autonomisation de la femme.

Un match de football a clôturé cette longue et inédite journée. A la fin, les équipes ont été récompensées.

Bernadette Ayibe

Read 398 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
ADS
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…