Togo : le volontariat atterrit dans les villages, 9 milliards pour soutenir 14.000 jeunes Victoire Tomegah-Dogbe, Hawa Wague Cisse et le préfet de Yoto à l'oeuvre
16 May 2019

Togo : le volontariat atterrit dans les villages, 9 milliards pour soutenir 14.000 jeunes

Un nouveau chantier d’inclusion sociale vient d’être ouvert par le gouvernement togolais. Il s’agit du projet d’opportunités d’emploi pour les jeunes vulnérables (EJV). Financé par la Banque mondiale à hauteur de 9 milliards de francs CFA sur 2 ans, ce projet va permettre de fournir des opportunités de génération de revenus à 14 000 jeunes vulnérables et défavorisés sur le marché de l’emploi, dont plus de la moitié sont des femmes. Il concerne 200 villages ciblés dans les 5 régions économiques du Togo.

La sous-composante 1 dudit projet, dénommé ‘volontariat communautaire et formation’ et financé à hauteur de 5,1 milliards de francs CFA, a été officiellement lancée jeudi à Hétsiavi, un village d’Ahépé dans la préfecture de Yoto, par la ministre en charge du Développement à la base, Victoire Tomegah-Dogbe. C’est en présence de la Représentante résidente du bras financier de ce projet, Hawa Wague Cisse, et de plusieurs personnalités venues de diverses contrées.

« Ce projet offre un cadre sérieux d’accès à des emplois temporaires (4 mois) rémunérés pour nos jeunes dont la force de travail est très admirable, mais jusqu’ici peu valorisée. Il offre également l’opportunité d’accès à des renforcements de capacités qui sont le socle du progrès que nous voulons pour notre pays », a lancé la ministre.  

Cette phase ‘villageoise’ du volontariat d’engagement citoyen qui mobilise dans les villes du Togo 10.900 volontaires, selon la ministre, est une réponse précise à cette forme particulière de vulnérabilité dans laquelle le citoyen, quoique fragile à certains égards, est capable d’apporter une contribution immédiate et valorisante pour le développement de sa communauté.

Selon Mazalo Katanga, la Directrice générale de l’Agence nationale d’appui au développement à la base (ANADEB), la structure de mise en œuvre de ce projet, au total 14.000 jeunes, hommes et femmes, âgés de 18 à 35 ans, en situation de pauvreté, issus de 200 villages des 150 cantons les plus pauvres du Togo, sont ciblés.

Que feront ces jeunes ? « Ils vont participer à des travaux à haute intensité de main-d’œuvre (THIMO). Ils percevront à ce titre la somme de 15.000 francs CFA chacun tous les 10 jours de travail, et ce, durant 4 mois. Ils bénéficieront également au cours de leur mission de volontariat, des formations sur le développement d’affaires et sur les compétences de vie », a-t-elle précisé.

Selon les informations, 194 villages sont en attente pour d’éventuels remplacements dans la liste des 200 villages d’intervention. Ces 14.000 jeunes sont progressivement en train d’être identifiés. A ce jour, 5040 jeunes sur 7.720 enregistrés dans 72 villages ont été sélectionnés par tirage au sort réalisé de façon participative, en assemblée villageoise, à raison de 70 jeunes par village.

Les femmes sélectionnées à ce jour, poursuit la directrice générale de l’ANADEB, s’élèvent à 2.909, représentant 58% des 5040 jeunes sélectionnés. Les personnes handicapées ne sont pas en reste. Elles sont au total 43 à être sélectionnées à ce jour. La procédure d’identification des 8.960 jeunes restants est en cours dans les 128 villages qui n’ont pas encore tenu leurs assemblées villageoises de sélection des jeunes.

« Cet événement marquera une avancée significative dans la dynamique insufflée à la création d’emploi. Comme partout ailleurs, le Togo n’échappe pas aux questions liées à la pauvreté, au chômage et à l’emploi des jeunes en dépit d’une performance économique louable observée depuis plusieurs années », a relevé la Représentante résidente de la Banque mondiale au Togo.

Elle a souligné aussi que ce projet est en ligne avec les orientations du Cadre de partenariat pays entre le Togo et l’institution financière mondiale et reflète également l’engagement de la Banque mondiale à lutter contre la pauvreté à travers la création d’emploi.

Le projet EJV s’inscrit dans l’axe 3 du Plan national de développement (PND), la stratégie pays inscrit entre 2018 et 2022. Il a 4 composantes à savoir ‘le volontariat communautaire et la formation’ (5,1 milliards), ‘l’appui aux activités génératrices de revenus’ (1,5 milliard), ‘le renforcement des capacités’, ‘le renforcement des capacités pour la mise en œuvre des interventions d’emploi des jeunes’ et le renforcement des capacités communautaires (1,2 milliard) et la gestion du projet (1,8 milliard).

Read 510 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…