12 Apr 2019

Le projet CORAL a atteint 91% de ses objectifs après 2 ans de mise en œuvre dans les 5 pays

Après 2 ans de mise en œuvre, le projet de protection des enfants le long du corridor Abidjan-Lagos (CORAL) a produit des résultats ‘encourageants’ dans les cinq (5) pays de mise en œuvre que sont la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Togo, le Bénin et le Nigeria. On note un taux global de réalisation de 88% pour la 2ème année et 91% pour les 2 ans.

C’est à cette conclusion que sont parvenus jeudi à Lomé, les acteurs impliqués dans la mise en œuvre dudit projet, venus des 5 pays de mise en œuvre et de certains pays européens. C’est à l’occasion d’un atelier régional de bilan annuel et de planification des activités de l’année 3.  

Au terme des 2 ans, selon Alfred SANTOS, le coordonnateur régional du projet CORAL, le projet a enregistré au total dans les 5 pays 22.014 enfants concernés par la mobilité dont 11.161 garçons et 10.853 filles sur les 25.000 prévus sur les 3 ans de durée de vie du projet. Parmi ces enfants, 21.145 ont bénéficié de mesures de protection offertes par les communautés. 2.623 enfants migrants ont été intégrés ou réintégrés dans leurs communautés d’origine par les acteurs communautaires et institutionnels soutenus par le projet.

Les effets immédiats enregistrés au cours de cette 2ème année sont la meilleure connaissance et une appropriation de la part des acteurs du concept de mobilité et l’approche de l’accompagnement protecteur et l’enfant (APE), l’amélioration de la perception des acteurs institutionnels et étatiques des enfants en mobilité et surtout des passerelles à réaliser entre migration, protection des enfants, emploi et formation professionnelle.

Tous ces résultats ont été rendus publics en présence du Directeur de cabinet du ministère togolais en charge de l’Action sociale. Koffi GANI a d’entrée félicité les organisations de mise en œuvre, notamment Terre des hommes (Tdh), le Mouvement africain des enfants et jeunes travailleurs (MAEJT) et ENDA Jeunesse-action. Il a également remercié l’Union européenne (UE) pour avoir accepté de financer le projet CORAL à hauteur de 1,450 milliard de francs CFA.

« La problématique de l’enfant en général et de l’enfant en mobilité en particulier étant une préoccupation mondiale, plusieurs textes ont été ratifiés par nos Etats », a-t-il rappelé, ajoutant que cette question d’enfants en migration est une affaire de tous parce que, insistera-t-il, ces résultats obtenus ne sont que la partie visible de l’iceberg.

Selon le représentant du bras financier du projet (UE), ce projet qui vise à améliorer la protection des enfants migrants le long dudit corridor afin de réduire leur vulnérabilité et d’améliorer leur accès à des opportunités de développement, est en train d’apporter une solution partielle à la problématique d’enfants en migration. Il a invité les uns et les autres à une action concertée  et une implication de tous les acteurs.

A l’issue des 2 ans de mise en œuvre, on note aussi 3 difficultés majeures. Il s’agit des difficultés de conciliation des exigences de procédures du bailleur aux réalités du terrain avec le partenaire ; de la multiplicité de devises avec assez de frais bancaires pour les transferts de fonds et l’insuffisance de ressources pour la mise en  œuvre des projets de vie des enfants.

En termes de recommandations, on relève entre autres le renforcement du partenariat avec le MAEJT et ENDA Jeunesse-action, la poursuite du renforcement des capacités des enfants et jeunes travailleurs et le soutien des projets de vie des enfants.

Read 176 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…