19 Mar 2019

Togo : 162 adultes de Vo ont reçu leur jugement supplétif grâce à l’ONG TUD et la CNSS

Des milliers de Togolais sont encore sans pièce d’identité. Un véritable problème de société contre lequel l’ONG ‘Tous Unis pour le développement’ (TUD) s’active. Et le projet de sensibilisation des acteurs du secteur informel sur l’établissement des jugements supplétifs qu’elle met en œuvre depuis février 2018, a encore fait des heureux ce mardi. 162 adultes de la préfecture de Vo ont reçu à moindre frais, leur jugement supplétif tenant lieu d’acte de naissance. Un sésame qu’ils attendent depuis quelques mois.

C’est au cours d’une cérémonie solennelle de remise des expéditions tenue ce mardi à Vogan (50 km au nord-est de Lomé) et présidée par le préfet de Vo, Kokou Leguede. C’est en présence des représentants de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), structure étatique qui finance ce projet.

Plantant le décor, Kafui Akpovy-Agbonagban, coordinatrice de ladite ONG, a fait savoir que ce problème de manque de pièce d’identité cause beaucoup de problèmes dans la société et doit être à tout prix éradiqué.

« Si certains vivent aujourd’hui dans la pauvreté, la précarité et le sous-emploi, cela est dû tout simplement au fait qu’ils n’ont pas de pièce d’identité pouvant leur permettre de s’inscrire dans une formation professionnelle, de demander un emploi, de signer un contrat quelconque avec des partenaires, d’immatriculer leurs biens et/ou de s’immatriculer eux-mêmes auprès de la CNSS pour bénéficier des différentes prestations qu’elle offre », a-t-elle souligné.

Après avoir remercié la Directrice générale de la CNSS, elle a rappelé que depuis février 2018, au total, 6872 jugements supplétifs ont été établis dont 2110 hommes, 3062 femmes dont 475 veuves et 1700 enfants dans le cadre du projet susmentionné, sur toute l’étendue du territoire national.

Selon le préfet de Vo, si un citoyen n’a pas de pièce d’identité, cela n’avantage ni lui, ni sa progéniture. Et l’absence de cette pièce, a-t-il poursuivi, l’éloigne des prestations sociales que l’Etat met à la disposition des citoyens.

« Cette pièce est chère à tout être humain. Mais il y a 2 autres plus importantes encore que vous qui avez reçu votre jugement supplétif, devez rapidement vous atteler à vous faire établir. Il s’agit du certificat de nationalité et de la carte d’identité », a-t-il lancé à l’assistance composée d’hommes et de femmes qui ont fait nombreux le déplacement des locaux de la préfecture de Vo pour voir de visu ce qui y sera fait.

La Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), le bras financier de ce projet d’établissement de jugement supplétif, a profité de l’occasion pour sensibiliser les populations de Vo sur l’importance de la cotisation à la caisse.

« Aujourd’hui, ce n’est plus seulement le fonctionnaire qui a besoin de se garantir une retraite. Même un cultivateur, un forgeron, un maçon, une revendeuse ou un menuisier peut se permettre ce luxe », a déclaré Justin Pilante, représentant de la CNSS.

Selon les porteurs du projet, c’est toute une panoplie d’activités et d’acteurs grâce à qui la mise en œuvre de ce projet est possible. Il s’agit aussi bien des tribunaux et des services techniques.

Des sensibilisations sont faites parfois jusque dans les concessions pour convaincre les Togolais des hameaux reculés à se faire établir des pièces d’identité. « Si on parle à une personne d’une pièce d’identité et que cette personne débourse le fonds pour l’établissement de cette pièce, cela veut dire que le message est passé et nous en sommes satisfaits », a renchéri Mme Akpovy- Agbonagban.

Read 192 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…