ADS
28 Dec 2018

Togo : la protection des défenseurs des droits de l’enfant ne sera plus sous-entendue

La question de la protection des activistes des droits de l’enfant est à l’honneur ce vendredi à Lomé. Des représentants de plusieurs organisations de la société civile qui défend, promeut ou protège les droits de l’homme, venus de plusieurs localités du pays, réfléchissent à cette question non prise en compte par la Coalition togolaise des défenseurs des droits humains au Togo (CTDDH).

Organisée par Plan international Togo et le Forum des organisations de défense des droits de l’homme au Togo (FODDET), cette rencontre contribuera à une meilleure compréhension du fonctionnement de la Coalition togolaise des défenseurs des droits humains (CTDDH) pour une intégration de la composante des droits de l’enfant au sein de cette coalition.

« Ce ne sera pas une plateforme bis. Dans l’environnement de protection des défenseurs des droits de l’homme au Togo, il y a la CTDDH. Il s’agit de discuter avec cette coalition pour comprendre ce qu’elle fait en matière de protection des défenseurs des droits de l’homme et dans quelle mesure cette corporation peut intégrer en son sein les dimensions spécifiques de la protection des droits de l’enfant », a déclaré François Ali, directeur du projet CRM à Plan international Togo.

Cette plateforme, à terme, a-t-il poursuivi, sera un creuset d’échanges entre les défenseurs des droits de l’enfant. « Elle va asseoir un mécanisme d’auto-défense d’appel à la protection, lorsque dans l’exercice de leur fonction, ces acteurs se trouvent confrontés à des difficultés ou ont besoin de secours ou encore veulent fixer des partenariats dans le cadre de leur travail », a-t-il ajouté.

Cet atelier se situe dans le cadre du Child Right Monitoring (CRM) ou projet de Suivi des droits de l’enfant et redevabilité de l’Etat au Togo, financé par l’Agence suédoise de développement international à travers Plan international et mis en œuvre entre autres par FODDET.

Il faut rappeler que les défenseurs des droits de l’homme et de l’enfant en particulier, peuvent être victimes d’actes de harcèlement, de manœuvres d’intimidation, de campagnes de diffamation, de mauvais traitements et de détention illégale. C’est un travail qui exige un espace approprié et une grande dose de connaissance, d’attitude, de compétences et de savoir-faire.

Pour rappel, le CRM, mis en œuvre au Togo depuis plus de 3 ans,  vise à soutenir les organisations de la société civile par le renforcement de leurs capacités institutionnelles, en vue de la mise en œuvre des droits de l’enfant au Togo.

Read 858 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
CIMTogo
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…