08 Jul 2018

Johannes Bavon : « il y a besoin de rebâtir et galvaniser le mental des Togolais »

Il va de soi que la crise sociopolitique qui secoue le Togo depuis plusieurs mois, a un relent socio-économique. Comment se comporter dans une telle crise ? Pour répondre à cette question, Johannes Bavon, le secrétaire général du mouvement  Front des architectes de la République (FAR) et l’avocate béninoise, Me Huguette Gnacadja ont animé ce samedi à Lomé une conférence inédite placée sous le thème : « découvrez les pouvoirs de votre conscience pour ne pas chavirer avec la crise socio-économique ».

 « Il y a besoin que le mental des gens soit rebâti et galvanisé parce qu’à chaque fois qu’un environnement de crise s’impose, cela a de l’influence sur le concept des gens. Avec le FAR, nous avons déjà opté pour la guérison de la conscience collective des Togolais par rapport à nos relations des uns envers les autres », a déclaré M. Bavon.

Dans son développement, ce conférencier a d’abord démontré que l’homme, quelle que soit sa race ou le continent sur lequel il vit, cherche naturellement tout ce qui est bon. Mais la croyance, une chose non innée mais apprise, détruit cet être débordé de volonté et doté de pouvoir.

« Nos croyances au Togo sont fondées sur le rêver grand est tabou. On a aussi appris que Dieu aime les pauvres et qu’ils iront au paradis et les riches en enfer. Quand le pauvre va au ciel, Dieu lui donnera une belle voiture et quand quelqu’un réussit, on ne le voit pas d’un bon œil. Le fait de nous dire que ce que nous voulons, son accomplissement se trouve en Dieu, c’est en cela que la religion tue l’Africain », a-t-il indiqué.

Tout en proposant qu’en Afrique, il urge de mettre en place une ‘fondation psychologique’ pour changer les choses, M. Bavon estime que dans une même situation, il y a deux sortes de personnes : celle qui profite du changement et l’autre qui voit que tout concourt à son mal.

Il propose trois (3) choses en guise de recettes : se changer et refuser d’être victime des circonstances, se renseigner sur ce qu’on veut faire et toujours commencer quelque part. « Dans une crise, les choses ne sont plus normales et il faut agir en conséquence. La graine du succès se trouve dans le petit pas », a-t-il souligné.

Me Huguette Gnacadja a pour sa part appris aux participants à cette conférence la gestion de la psychologie du couple en temps de crise. Selon elle, il faut exercer de l’influence sur son environnement, avoir une grande et bonne image de soi pour que dans tous les cas, on se reconnaisse et que le moi puisse rebondir et briller à nouveau.

L’avocate a aussi évoqué la relation avec l’argent. Pour elle, l’argent ne doit pas gouverner le couple. « Si l’argent gouverne un couple, le jour où il y a une crise, le couple va voler en éclat. Dans les clés du succès, l’argent vient en dernier lieu », a-t-elle rappelé.

A en croire la juriste béninoise, la crise peut être une opportunité. « Nous ne devons pas attendre que la crise finisse avant de chercher notre chemin », a renchéri le responsable du FAR.

Cette conférence organisée sous le label de JB Foundation ne sera pas la seule. Une seconde est prévue sous le thème : « les 7 erreurs à commettre obligatoirement afin de pouvoir éviter les douleurs et les regrets dans la quête du succès ».

Read 611 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…