06 Nov 2017

Togo : Des OSC invitent les acteurs politiques à la préservation de la paix

Les 07, 08 et 09 novembre prochains, les forces démocratiques seront à nouveau dans les rues pour les mêmes causes. Celles de la réclamation du retour à la Constitution de 1992 et le départ de Faure Gnassingbé.

A la veille de cette manifestation qui s'annonce « inquiétante » pour un groupe de six (6) organisations de la société civile togolaise (ACAT-Togo, ATDPDH, CEJP, GRAD, SADD et SYNPHOT), était face à la presse ce lundi à Lomé pour appeler à l’apaisement.

Il faut agir pour empêcher le pays de « basculer dans la guerre civile », voire dans « un lendemain difficilement gérable », soutiennent ces OSC.  Cette situation sociopolitique du pays, a engendré 14 morts dont 9 par balles parmi lesquels des civils, des mineurs et des militaires et 236 blessés, disent ces organisations. On enregistre également près de 400 cas d'arrestations et environ 500 personnes déplacées.

Pour éviter que les manifestations ne connaissent plus de violence, les organisations ont recommandé la création des conditions juridiques, humaines et organisationnelles pour gérer les manifestations publiques dans les règles de l'art. La formation des forces de l'ordre qui ont pour responsabilité de maintenir la sécurité des manifestants et la mise en place d'un mécanisme de confiance mutuelle entre les forces de l'ordre et les citoyens ne doivent pas être en reste, soutiennent-elles.

Les 06 OSC estiment par ailleurs que la plus grande attention doit être accordée à l'obligation qu’ont les responsables de l'application des lois de respecter et de protéger la vie et la sécurité de toutes les personnes conformément à la loi fondamentale du Togo et au pacte international relatif aux droits civils et politiques.

Elles ont également condamné l’usage excessif de la force et les différentes formes de violence exercées sur les manifestants. L’inquiétude fait suite au constat d’usage excessif de la force dans la gestion des manifestations au Togo.

« Le recours à l’armée nationale en renfort dans la gestion des manifestations publiques pacifiques à caractère social ou politique entraine souvent de nombreux drames; certains manifestants partent manifester sur la défensive, provoquent et s’en prennent également parfois aux forces de l’ordre dans leurs interventions ; les forces de l’ordre font irruption dans les domiciles privés des citoyens et molestent des non manifestants à coups de gaz lacrymogènes et de matraques après la dispersion des manifestants ; les miliciens circulent à visages découverts, tabassent, molestent et tuent en toute impunité », regrettent-elles.

Elles demandent aux acteurs de sensibiliser et de former leurs militants sur le caractère citoyen et pacifique des manifestations.

Bernadette A.

Read 517 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…