ADS
07 Jan 2021

Koffitsè Temanou : ‘’les idéaux de l’UPA méritent de franchir les limites du Togo…’’

L’Union pour l’alternance (UPA) s’internationalise. Le mouvement politique créé en décembre 2019 et présidé par Léonce Dabi a nommé des représentants dans 3 pays. L’objectif, c’est de distiller partout ses idéaux sur l’idéal de l’alternance au Togo. Koffitsè Temanou, le représentant de l’UPA au Bénin dit dans une interview ce qu’il pense du pouvoir togolais, de l’opposition dans son ensemble et de la lutte pour l’alternance.

« Depuis Lumumba, l'Occident se méfie de donner le pouvoir aux radicaux. Nous avons compris cela à l'UPA et nous avons simplement choisis le chemin de la paix pour accéder au changement. Le clan Gnassingbé a l'impérieuse responsabilité de penser à quitter le pouvoir après le quatrième mandat pour sa propre restauration morale devant le peuple et devant l'histoire, car l'éternelle légalité juridique dans l'exercice du pouvoir n'est pas synonyme d'éternelle légitimité constitutionnelle dans la raison d'État », voici quelques mots placés par l’interviewé.

Lire l’intégralité de l’interview

Bonjour Koffitsè Temanou. Vous êtes le représentant de l'UPA au Bénin. Avant toute chose, veuillez présenter brièvement votre mouvement

Je dirai que notre mouvement est une association politique aux idéaux inclusifs et rassembleurs, consacrée aux réflexions et solutions pour une alternance politique pacifique au Togo. Crée le 01 décembre 2019, le mouvement a aujourd'hui plus d'un an d'existence en janvier 2021. C'est pourquoi nôtre mouvement se doit conséquemment de défendre l'idéal de l'alternance politique à laquelle tant aspire le peuple togolais afin d'accompagner vers la lumière l'aspiration du peuple togolais au changement.

Comment se porte aujourd'hui votre mouvement, soit un peu plus d'un an après sa création?

Notre mouvement se porte très bien et nous avons aujourd'hui plusieurs adhérents. Moi-même je partage la philosophie politique du mouvement pour une alternance politique pacifique, sans incident ni effusion de sang. Cela est possible, si nous y travaillons et si nous arrivons à faire adhérer le peuple togolais et toutes les autres formations politiques de l'opposition à la nécessité de prendre position pour des idéaux de paix dans le sens du changement. Si je suis devenu représentant du mouvement au Bénin, c'est que les idéaux du mouvement méritent de franchir les limites du Togo pour s'étendre à la diaspora togolaise dans le reste du monde. L'UPA se porte donc à merveille, bien que beaucoup de défis restent à relever pour atteindre l'idéal de l'alternance recherchée pour une nouvelle ère de démocratisation du Togo.

Depuis le 16 décembre 2020, le président de l'UPA vous a nommé représentant de l'UPA au Bénin. Vous avez pris fonction le 1er janvier 2021. Vous êtes seul? Quelle est votre mission?

Non, je ne suis pas le seul à avoir été nommé. Deux autres représentants ont été nommés respectivement en Hollande et en Côte-d'Ivoire. J'ose croire que les autres représentants nommés accorderont à leur tour une interview à la presse afin de mieux se faire connaitre du public togolais et pour partager leur vision de l'alternance politique au Togo dans le sens de la philosophie politique de l'UPA avec l'opinion publique. Moi j'ai pris fonction officiellement le 01 janvier 2021 selon le décret de nomination pris par le président de l'UPA et c'est avec beaucoup de fierté que j'assume cette responsabilité. Œuvrer pour servir son pays à travers une formation politique comme l'UPA demeure une chose noble pour la cause de la patrie, surtout en ces moments décisifs de l'histoire du Togo où le peuple aspire à un changement véritable. 

Ma mission consiste à étendre les idéaux pacifiques de l'alternance politique au Togo au sein de la diaspora togolaise du Bénin, à créer un bureau politique de la diaspora togolaise de l'UPA au Bénin et à faire contribuer cette diaspora à la cause de l'alternance politique au Togo à travers des prises de position officielles, des discours publics, des conférences de presse et manifestations publiques susceptibles d'attirer l'attention du reste du monde sur ce qui se passe au Togo depuis le Bénin. Si le clan Gnassingbé ne nous libère pas au Togo en cédant le fauteuil, c'est le fauteuil qui le cèdera en temps inespéré.

En tant que président de la diaspora togolaise de l'UPA, quel est votre agenda?

L'UPA est avant toute chose une société de penseurs, d'Hommes et de femmes éclairés, patriotes et défenseurs de la souveraineté du peuple togolais et dont la raison d'être principale constitue les meilleures réflexions sur la question de l'alternance avec des solutions pacifiques dans le sens du changement voulu. Ceci étant, mon cahier de charges consiste à œuvrer en étroite collaboration avec le bureau politique national de l'UPA dont le siège se trouve au Togo. J'ai pour responsabilité, dans ce sens, à rencontrer toutes les chancelleries officiellement accréditées au Bénin afin de défendre la nécessité de l'alternance politique au Togo à travers la philosophie politique de l'UPA dans ce pays voisin et limitrophe du Togo, rencontrer les officiels du Bénin notamment les membres du gouvernement, le président de la république béninoise ainsi que les membres de la classe politique en général du Bénin afin d'échanger avec eux sur l'impératif de l'alternance politique au Togo dans le prochain quinquennat et les pistes de solutions pacifiques dans ce sens, évoquer dans les médias du Bénin au nom de l'UPA le débat politique sur le danger que représente le Togo pour ses pays voisins et pour la sous-région en général par sa consécration de la stagnation politique, mobiliser les ressources économiques et financières nécessaires auprès de la diaspora togolaise du Bénin et auprès d'officiels du Bénin qui auront la lucidité d'esprit et la grandeur d'âme de partager la philosophie politique de l'UPA pour une alternance politique pacifique au Togo à travers d'abord les futures élections législatives et ensuite la présidentielle de 2025, rencontrer constamment les ambassadeurs et consuls du Bénin dans le but de plaider l'injustice de la pérennisation d'un régime qui veut régner à vie sur le Togo et le peuple togolais. Dans tout ceci, nous avons la ferme conviction que Dieu mettra les diplomates et acteurs politiques irréprochables, intègres et épris de justice envers le peuple togolais qu'il faudra sur notre chemin et qui porteront nos requêtes vers de grands décideurs politiques internationaux qui agiront en temps favorable pour le changement effectif au Togo. C'est une question de survie, non seulement du peuple togolais, mais aussi des peuples voisins ou limitrophes du Togo  et également des autres peuples et nations de l'Afrique de l'Ouest, car ce que beaucoup ne voient et ne constatent pas, c'est que le statut quo politique qui a régné au Togo durant plus de 50 ans à ce jour a freiné l'évolution politique, économique et diplomatique d'autres pays ayant des liens de coopération bilatérale ou multilatérale avec le Togo et le reste du monde jusqu'au jour d'aujourd'hui. Ma fonction est à la fois politique et diplomatique. Que Dieu me vienne en aide afin d'être à la taille de ce rôle qui m'a été confié au sein du mouvement!

L'année 2021 vient de commencer. Quelles sont les perspectives de votre mouvement pour le Togo et les Togolais de l'intérieur comme de l'extérieur?

Notre mouvement envisage créer avant la fin de 2021 un réseau important de togolais acquis pour notre vision de l'alternance au Togo sur tout notre territoire national, du Nord au Sud, de l'Est à l'Ouest. Le but d'un tel réseau est de mobiliser un nombre important de togolais autour de la philosophie politique de notre mouvement pour sanctionner, en temps opportun, le pouvoir officiel à travers les urnes. Ceci parce que nous avons la ferme conviction que nous pouvons battre le parti au pouvoir dans les échéances électorales futures de 2023 et de 2025. Beaucoup n'ont plus aucun espoir en la possibilité de l'opposition d'accéder à l'alternance par les urnes. Cependant, ils auront eu tort, car nous sommes convaincus à l'UPA que nous pouvons battre l'Union Pour la République qui est le parti présidentiel, dans les urnes au cours du prochain quinquennat. Pour y arriver, nous devons mobiliser déjà durant cette nouvelle année 2021 que nous entamons une bonne frange des populations du Togo à notre cause. Nous avons prévu, à cet effet, une stratégie organisationnelle adéquate et un agenda politique précis dont le but doit consister à permettre l'alternance politique en temps réel. Nous prévoyons également la tenue d'un colloque national de la classe politique togolaise dont le but devra consister à faire les états généraux de l'opposition et du pouvoir officiel. Si plusieurs acteurs politiques et partis politiques de l'opposition et de la mouvance présidentielle y adhèrent, une seconde conférence nationale souveraine pourra émaner d'une telle initiative pour relancer le débat de l'alternance dans la tolérance mutuelle vers l'unité et la réconciliation nationales. En tout cas, l'avenir nous en dira. 

Pour les togolais de l'intérieur, nous avons prévu créer un réseau et une plateforme politique citoyenne uniquement consacrés aux leaders politiques du Togo. Une telle initiative réunira dans un seul creuset les présidents de partis et de mouvements politiques, les membres des organes dirigeants de partis et mouvements politiques, les mouvements sociaux en général et les animateurs ou administrateurs des plateformes politiques à travers les réseaux sociaux. Les réseaux sociaux sont devenus aujourd'hui des outils et moyens puissants de l'information et de la communication dont nous pouvons nous servir pour atteindre nos objectifs politiques dans l'intérêt de l'alternance politique que nous voulons au peuple à travers les idéaux rassembleurs de l'UPA. Notre vocation pour les togolais de l'intérieur durant l'année 2021 est de créer un réseau d'informations fiables et de communication permanente entre tous les acteurs politiques du Togo, permettre l'émancipation politique des populations togolaises à travers les organisations politiques et leurs leaders, susciter l'éveil national par le dialogue politique interparlementaire et inter-parti politique. 

Pour les togolais de l'extérieur, nous avons jugé bon qu'il serait louable de créer un réseau important de togolais de la diaspora sur les cinq continents à travers le monde, au-delà des clivages politiques de tous genres et considérations ethniques, notre but étant d'associer la diaspora aux débats politiques, économiques, sociaux et culturels pour le développement du Togo, établir une liste permanente, précise et fiable de tous les togolais résidant à l'étranger, s'informer du quotidien des togolais de la diaspora afin de les assister, dans la mesure de nos moyens au sein de l'UPA, à mieux défendre leurs droits légitimes dans leurs pays respectifs d'accueil, rapprocher tous les togolais de la diaspora togolaise universelle entre eux afin de les rapprocher de la terre de nos aïeux, même à des centaines ou à des milliers de kilomètres de leur terroir d'origine. Tous les togolais dispersés dans le monde doivent être réunis à un moment donné autour du Togo pour analyser le présent à la lumière du passé afin de mieux construire l'avenir.

Un mot de fin?

Je voudrais saluer au passage le président national de l'UPA, Mr Léonce DABI, qui revêt toutes les qualités, toute la hauteur d'esprit et toute la grandeur d'âme, de présider à la destinée de ce pays dans l'intérêt supérieur du peuple togolais mieux que quiconque pourrait le faire. Je suis personnellement séduit par ses efforts constants et son engagement sans commune mesure à la cause du changement au Togo. Dans la même perspective, je pense que l'UPA constitue l'unique entité politique crédible au Togo, dans l'actuelle configuration des choses, capable de garantir au régime cinquantenaire qui régente le Togo, une paix et une sécurité infaillible en cas d'alternance politique. Si vous lisez bien nos idéaux, notre mouvement s'approprie les silences de l'histoire pour le salut du peuple togolais, dès lors qu'il considère que la France n'a jamais assassiné le président Sylvanus et que Gnassingbé Eyadema n'a jamais commis aucun crime au Togo. Le président de l'UPA l'a plusieurs fois affirmé dans ses sorties officielles et je pense que c'est un joyau du salut, de la liberté et du renouveau que l'UPA offre au pouvoir, à l'opposition, au peuple et aux partenaires extérieurs du Togo à travers la pilule d'une telle idéologie politique qui semble difficile à avaler, mais à la fois la mieux indiquée pour un Togo nouveau au regard de notre passé peu éclatant. Le pouvoir pourra regretter la main tendue que l'UPA lui propose pour le renouveau et la rédemption, si d'aventure elle se fait surprendre par le temps qui est le maître de l'histoire vers sa propre déchéance inévitable et imprévisible. La France a intérêt à mettre un terme au règne demi séculier du régime qui a dirigé notre pays à ce jour. Le clan Gnassingbé a l'impérieuse responsabilité de penser à quitter le pouvoir après le quatrième mandat pour sa propre restauration morale devant le peuple et devant l'histoire, car l'éternelle légalité juridique dans l'exercice du pouvoir n'est pas synonyme d'éternelle légitimité constitutionnelle dans la raison d'État. Je salue les militants ou adhérents de l'UPA au Bénin, en Hollande et en Côte-d'Ivoire où nous sommes pour l'instant implantés à l'extérieur du Togo et j'invite tous les membres de l'UPA à plus de détermination dans leur engagement pour la cause de l'alternance au sein du mouvement. Récemment un observateur de la scène politique nous a classé parmi les centristes opportunistes du Togo, mais je pense que c'est un regard péjoratif et erroné porté sur notre mouvement, car c'est le radicalisme qui a fait que le RPT hier et UNIR aujourd'hui tiennent toujours, tout simplement parce que les opposants ne mettent pas de l'eau dans leur vin. Depuis LUMUMBA, l'Occident se méfie de donner le pouvoir aux radicaux. Nous avons compris cela à l'UPA et nous avons simplement choisi le chemin de la paix pour accéder au changement. Si cela est mal perçu par certains qui pensent que nous serions à la solde du pouvoir, qu'à cela ne tienne! Pourvu que nos idéaux politiques nous mènent au changement espéré, tout le reste semble superflu et sans importance.

 

Global Actu, site d’informations généraliste accessible à l’adresse www.globalactu.com ou www.globalactu.tg

Site d’informations du Groupe Global Atlantic Telegramme SARL (2 GAT SARL), siège social : Nukafu, rue Madela, non loin de la pharmacie ISIS, derrière le cabinet Me Tchassona Traore, Tél : 91098112/96025307 ; E-mail : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it. ou This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

Read 290 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
CIMTogo
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…