ADS
30 Nov 2020

Adjamagbo-Djossou : l’ANC et le procureur, l’ADDI  et les ‘grands criminels économiques’

Les réactions continuent de fuser au lendemain de l’arrestation de 2 responsables de la Dynamique Mgr Kpodzro (DMK). 2 importants partis de l’opposition viennent de réagir. Quand l’Alliance nationale pour le changement (ANC) parle de ‘légèreté’ dans les arguments du procureur de la République près le tribunal de Lomé, l’Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI) dit voir dans les rues les ‘grands criminels économiques bien identifiés’ auxquels le gouvernement ne s’intéresse pas.

Jean-Pierre Fabre et ses collaborateurs disent bien connaître les ‘méthodes arbitraires’ du Procureur Essolizam Poyodi, pour les avoir subies dans l’affaire des incendies des marchés de Kara et de Lomé.

« Ses accusations ne sont jamais fondées sur des preuves sérieuses. L’ANC dénonce l’usage des mêmes méthodes et exige la libération immédiate des personnes interpellées et détenues », écrit le 1er vice-président du parti, Patrick Lawson.

« L'ADDI tient à rappeler au Gouvernement que de grands criminels économiques bien identifiés courent les rues sans être inquiétés alors même que la justice les connaît très bien, et que d'innombrables enquêtes suite à des crimes sont ouvertes mais n'ont jamais connu de résultat jusqu'ici », souligne le bureau national du parti présidé par Tchabouré Gogue.

Ce parti trouve qu’il y a un refus systématique de toute manifestation et de l’exercice du droit de grève qui dénote la volonté du gouvernement de limiter les libertés reconnues par la constitution.

Pour l’ANC, il y a lieu de libérer immédiatement et sans condition les 2 responsables de la DMK et de toutes les personnes interpellées et détenues dans cette affaire de tentative de déstabilisation du pays.

Read 712 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…