ADS
Ablamba Johnson : ‘on ne fait pas les réformes pour plaire à une institution’ Ablamba Johnson, ministre, secrétaire générale de la Présidence
11 Nov 2020

Ablamba Johnson : ‘on ne fait pas les réformes pour plaire à une institution’

Depuis quelques jours, on apprend que le Togo a fait un pas de plus dans le processus du Millenium Challenge Corporation en validant un 15ème indicateur. Même le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, dans un post sur sa page Facebook, s’est réjoui. Qu’en est-il exactement de cette annonce ? Et que représente ce pas de plus pour le Togo ?

Devant la presse mardi, la Secrétaire générale de la Présidence de la République et ministre en  charge du climat des affaires a donné des précisions. Selon Ablamba Johnson, la validation du Togo de 5 indicateurs sur 20 que compte ce processus, est une très bonne chose pour le pays.

« Une chose est de faire les réformes mais que ces réformes-là impactent naturellement la vie des Togo. Ce sont des réformes assez stratégiques majeures qui aujourd’hui attirent beaucoup d’investisseurs », a déclaré la ministre.  

Elle a souhaité que le ‘travail de police’ fait jusqu’à présent puisse continuer, afin de garder la dynamique.

« On ne fait pas les réformes pour plaire à une institution, on les fait pour nous-mêmes. Que nous ayons l’argent du MCC ou de la Banque mondiale, l’impact, c’est les Togolais ; les indicateurs, c’est pour nous, ce n’est pas pour le MCC », a-t-elle souligné.

Ablamba Johnson se dit convaincue qu’avec la rigueur et la détermination avec lesquelles  le travail est depuis pratiquement 5 ans, il est certain que le Togo ira loin.

Un point assez important de cette montée que fait le Togo depuis 5 ans, a marqué la ministre, c’est que le pays ne se fait accompagner d’aucun consultant externe. « Le travail n’a pas été facile, on n’a pas eu de consultants extraordinaires pour arriver à ces résultats, ça veut dire que les Togolais intelligents comme les autres », a-t-elle précisé.

En matière de droits fonciers et accès par exemple, un domaine qui avait la peau dure, beaucoup de réformes y ont été faites. L’accès au crédit est aussi une réalité grâce au Bureau d’information sur le crédit (BIC).

Ces réformes, selon le gouvernement, vont contribuer à rendre résiliente l’économie nationale face à la pandémie liée à la Covid-19.

Read 435 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
CIMTogo
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…