ADS
24 Jun 2020

Scandale financier de 500 milliards : la DMK et le CAR accusent le pouvoir

Depuis quelques jours, on apprend que les prix du carburant à la pompe ne dépendent pas, depuis des années, des fluctuations des prix du marché international, mais exclusivement des accords entre certaines structures. On signale à la clé un scandale financier de 500 milliards qui sont atterris dans les comptes bancaires de quelques individus. Une situation qui provoque actuellement un tollé sur les réseaux sociaux. La Dynamique Mgr Kpodzro (DMK) et le Comité d’action pour le renouveau (CAR) accusent le pouvoir de Faure Gnassingbé.

Agbéyomé Kodjo et ses collaborateurs se disent surpris du ‘curieux’ silence des autorités togolaises, 2 semaines après la publication de ces informations par des journaux.

« Face à la gravité des faits dénoncés, curieusement la DMK n’observe aucune réaction des autorités concernées, deux semaines après la publication de ce dossier abondamment relayée par les réseaux sociaux ; démontrant des agissements indélicats privant le Togo de plusieurs milliards de francs CFA qui auraient pu servir à la construction de centaines de kilomètres de routes, des milliers de bâtiments scolaires, des dizaines d’hôpitaux de haut standing, infrastructures à même d'améliorer le quotidien des Togolais », écrit la DMK.

Au CAR, on se montre plus poignant. Il s’agit, selon ce parti politique, d’un énième ‘scandale financier’ qui vient s’ajouter à la longue liste des pratiques qui minent tous les secteurs économiques du Togo et qui sapent dangereusement le vécu quotidien des togolais.

« Cette pratique scandaleuse engendre malheureusement de lourdes conséquences sur les populations déjà meurtries, car les prix  à la pompe ne dépendent plus des fluctuations des prix du marché international, mais du bon vouloir de la société Terim Consult  SARLU (TCS) chargée de passer la commande de pétrole au nom du Togo, la société VITOL le fournisseur et le CSFPPP, liées par un accord. Les trois structures compares, qui sont de fait, juges et parties, fixent à la fois, le prix d’achat du carburant livré en gros et le prix de vente à la pompe », écrit le 2ème vice-président du CAR, Nador Awuku.

Pour le CAR, ce sont des pratiques à répétition au Togo, conséquence directe de la mauvaise gouvernance dont le régime en place a toujours fait preuve dans le but, dit le parti, de conserver le pouvoir.

Selon les informations, le chef de l’Etat, pas content de cette situation scandaleuse, se serait saisi du dossier.

Vivement que l’opinion soit située sur cette affaire de détournement de plusieurs centaines de milliards. Trop, c’est trop, dirait l’autre.

Read 521 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
CIMTogo
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…