ADS
01 Mar 2020

Togo-présidentielle : PNP, Parti des Togolais et FAR réagissent

Plusieurs partis et mouvements politiques n’ayant pas pris part au processus électoral, réagissent au scrutin présidentiel.  Après le Comité d’action pour le renouveau (CAR) qui s’est interrogé sur la véracité des résultats provisoires qui donnent Faure Gnassingbé gagnant avec 72,36%, le Parti national panafricain (PNP), le Parti des Togolais et le Front des architectes de la République (FAR) disent ce qu’ils pensent du scrutin présidentiel.

Selon le parti politique de Tikpi Atchadam,  l’élection du 22 février 2020 est ‘plus frauduleuse’ que toutes celles organisées depuis 1998.

« Par quelle prédisposition ou particularité culturelle, psychosociologique ou sociopolitique les togolais voteraient-ils toujours pour leurs bourreaux ? Le refus du pouvoir de publier les résultats bureau par bureau est la preuve inattaquable qu’encore une fois et comme depuis toujours, Faure Gnassingbé n’a pas gagné l’élection du 22 février », sonne le PNP.

Pour ce parti, le véritable gagnant de l’élection est le candidat placé en 2ème position. Il s’agit d’Agbéyomé Kodjo de la dynamique Mgr Kpodzro, crédité de 18,37% par les résultats provisoires.

Nathaniel Olympio et son parti parlent de résultats ‘ubuesques’. Pour le grand-frère d’Alberto Olympio, ces résultats « s’inscrivent dans le droit fil des pratiques d’avilissement de la démocratie qu’entretient le régime togolais depuis des décennies ».

Non contents des résultats qu’a proclamés la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Johannes Bavon et le FAR adressent une lettre à plusieurs institutions, notamment la Cour constitutionnelle, la Commission de la CEDEAO, de l’Union africaine, au Groupe des 5 (France, Allemagne, Etats-Unis, Union européenne et le Système des Nations-Unies pour voir annulé le scrutin présidentiel du 22 février.

Afin d’éviter des soulèvements visant la démission de l’autorité́ illégitime et par conséquent la résurgence de la crise sociopolitique, le FAR demande à toutes ces institutions de ne pas reconnaître ‘l’autorité illégitime’.

En guise de solution, le PNP et le Parti des Togolais disent qu’une transition s’impose.

Read 1075 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
CIMTogo
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…