ADS
Amegah-Atsyon : ‘pas exagéré de dire que le scrutin est acceptable’ Me Bertin Amegah-Atsyon, président de NDH-Togo
29 Feb 2020

Amegah-Atsyon : ‘pas exagéré de dire que le scrutin est acceptable’

Les rapports d’observation électorale continuent de tomber. La dernière en date est celle de Nouveaux droits de l’homme-Togo (NDH-Togo). Cette association s’est prononcée sur la campagne, le scrutin anticipé, le scrutin proprement dit, les résultats provisoires et a fait des recommandations pour l’amélioration des processus électoraux au Togo.

A la suite de son monitoring sur la violation des droits de l’homme et la transparence du processus électoral, NDH-Togo estime qu’il n’est pas exagéré de dire que le scrutin présidentiel du 22 février 2020 est acceptable dans sa globalité.

Sur les résultats proprement dits, le président de ladite association estime que sa mission s’étant limitée dans 994 bureaux de vote dans 2 préfectures, il lui serait difficile d’affirmer que les allégations faites par le candidat qui conteste les résultats provisoires, sont vérifiées.

« Lorsque vous parcourez tout le Togo durant 2 à 3 ans et que vous brandissez des résultats, il n’y aura pas tellement de scepticisme. Mais après seulement 2 semaines de campagne électorale, lorsque vous aurez la majorité, les gens ne croiront pas. Il faut faire un travail en amont pour éviter des supputations inutiles », a lancé Me Bertin Amegah-Atsyon.

Selon lui, il est très difficile de dire que des bourrages d’urnes ont été constatés. « Cependant, nous avons eu écho des bourrages d’urnes à Baguida », a-t-il relativisé.

Sur le monitoring du scrutin anticipé (vote des forces armées et de sécurité) qu’elle dit avoir fait dans 2 camps et dans 2 établissements scolaires, NDH-Togo dit que, ‘par ignorance certainement’, certains ont voté avec des armes, d’autres encore ont porté des T-shirts à l’effigie du candidat de l’Union pour la République (UNIR).

Au titre des recommandations, NDH-Togo demande qu’il soit mis sur pied une Commission électorale nationale indépendante (CENI) ‘technique permanente’.

L’huissier de justice demande également l’appui technique et financier à tous les observateurs nationaux. « Ce ne sont pas seulement les observateurs internationaux qui méritent d’être bien traités », a-t-il souligné.

En conclusion, note l’association, il appartient à la Cour constitutionnelle de se prononcer sur les résultats provisoires en les infirmant ou confirmant.

Read 1124 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
CIMTogo
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…