19 Nov 2019

Agboyibo : ‘les discussions politiques ouvertes par Boukpessi visent un autre objectif’

A peine commencées, les discussions politiques engagées par le pouvoir de Lomé avec son opposition, ont déjà enregistré des premiers couacs. Invité à prendre part à ces discussions comme plusieurs autres partis politiques, le Comité d’action pour le renouveau (CAR) s’est retiré desdites discussions.

Pour Me Yawovi Agboyibo et sa délégation, il va sans dire que ces discussions initiées par le pouvoir visent un autre objectif.

« La délégation du CAR s’est retirée de la salle avec la conviction que la réunion initiée par le ministre de l’administration territoriale visait à faire croire aux organismes inquiets du processus électoral en cours, que des discussions sont engagées entre le pouvoir et l’opposition pour surmonter les dissensions, alors qu’il n’en est rien », écrit le président de ce parti politique de l’opposition.

Que s’est-il passé pour que le CAR vienne à dire au revoir à ces discussions politiques ? Selon le CAR, intervenant au nom de sa délégation, Me Agboyibo s’est étonné de ce que dans l’ordre du jour de cette réunion ‘importante’, il ne figure nulle part les revendications posées par l’opposition et les organisations de la société civile au sujet des conditions de transparence et d’équité du scrutin à venir.

 Il s’agit pour le CAR, de la composition de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), l’institution organisatrice des élections au Togo et de ses démembrements, la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) et de la Cour constitutionnelle.

Le parti de Me Agboyibo dit avoir proposé que les discussions soient reportées ‘dans un bref délai’ afin que les participants procèdent à des échanges sur le cadre, l’ordre du jour et les autres modalités de discussions.

« Le ministre Payadowa Boukpessi a passé outre la proposition », s’indigne le CAR.

Pour rappel, à ces discussions que l’opposition et des organisations de la société civile appellent de tous leurs vœux aux fins de corriger le processus électoral en cours, on note la présence des membres du gouvernement, de la CENI, de la HAAC et de plusieurs partis politiques parlementaires comme non parlementaires.

Read 911 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
ADS
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…