ADS
28 Oct 2019

Antoine Folly : ‘l’ANC, toute seule, ne gagnera pas l’élection de 2020’

Quelle stratégie pour que l’opposition togolaise puisse parvenir à gagner l’élection présidentielle de 2020 ? La question continue de tarauder les esprits à quelques mois de cette élection dite capitale. La coalition des partis politiques dénommée C14, même après les défections qu’il y a en son sein, persiste et signe : c’est dans le cadre d’une dynamique unitaire des partis politiques, des organisations de la société civile et de la diaspora que l’alternance politique aura lieu au Togo en 2020. Autrement dit, pour ce regroupement politique, aucun parti politique, quel que soit son poids politique, ne pourra renverser l’Union pour la République (UNIR) du pouvoir par les élections.

L’Alliance nationale pour le changement (ANC) qui positionne Jean-Pierre Fabre à cette élection, ou le candidat de la C14 pris isolément, ne pourra pas gagner cette élection, disait lundi sur Nana FM, Antoine Folly.

« L’ANC, toute seule, ne pourra pas gagner cette élection. Les partis au sein de la C14 savent qu’individuellement, ils n’ont aucun poids mais ensemble, nous représentons quelque chose, un poids que les Togolais reconnaissent », a déclaré le délégué général de l’Union des démocrates socialistes du Togo (UDS-Togo).

Selon lui, le combat contre le régime de Faure Gnassingbé, ne doit plus être ce qu’il a été contre Eyadéma Gnassingbé, son père. Pour gagner, a-t-il lancé, il faut jouer sur 2 leviers. « Stratégiquement, les forces de l’opposition doivent se rassembler autour d’un projet politique clair, d’un candidat unique dans le cadre d’une organisation commune. Le second levier réside dans les conditions d’organisation des élections doivent être transparentes », a martelé le collaborateur de Brigitte Adjamagbo Johnson.

Il a même ajouté que si les conditions d’organisation des élections restent ce qu’elles sont, l’opposition togolaise n’aura que les résultats qu’elle a toujours eus.  

Il ne s’agit pas, a-t-il poursuivi, de dire que tel a un poids et tel autre n’en a pas. « Aux dernières locales, on disait que la C14 allait être le dernier des derniers au sortir de ces élections, les résultats en termes d’élus disent le contraire. La C14 est porteuse d’une dynamique qui répond aux aspirations d’une large majorité des Togolais et c’est à cela qu’il faut que l’on revienne », a-t-il ajouté.

L’acteur politique de l’opposition a aussi fait allusion à la position du Parti national panafricain (PNP). Dans le contexte actuel, a expliqué M. Folly, c’est une option de crier tous les jours à la  démission du chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, à une transition et à l’organisation d’une élection par la suite.  Cependant, a-t-il dit pour la gouverne du PNP, la C14 dans sa version originelle avait boycotté les dernières élections législatives sans avoir un plan B. Au finish, elle n’a rien gagné, a-t-il souligné.  

« La position du PNP est une option. Si cette option réussit, nous applaudirons. Mais il ne faut pas qu’au nom de cette option, ils refusent aux autres qui ont une autre option de la mettre en œuvre. Je ne jette la pierre à personne, le PNP a sa position et sa stratégie, tant mieux. En l’absence de la mise en œuvre de cette option, qu’on permette aux autres de mettre en œuvre la leur », pense Antoine Folly.

Pour rappel, la C14,  à la suite des 2 dernières défections en son sein, est composée de la CDPA, des DSA, des FDR du parti ‘Les démocrates’ et de l’UDS-Togo.

Read 1081 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…