‘En aucun cas’ jure : 'le 4ème mandat de Faure Gnassingbé n’aura pas lieu' Les responsables du mouvement 'En aucun cas'
15 Oct 2019

‘En aucun cas’ jure : 'le 4ème mandat de Faure Gnassingbé n’aura pas lieu'

Condamné il y a quelques jours à 28 mois de prison dont 6 avec sursis par la Cour d’appel de Lomé, Folly Satchivi va se pourvoir en cassation. L’activiste veut attaquer la décision de ces juges devant la Cour suprême du Togo. En attendant que le pourvoi ne soit formé, le mouvement ‘En aucun cas’ voit dans cette nouvelle condamnation de leur leader, la peur qu'a le pouvoir de Faure Gnassingbé du jeune activiste. Ils (le pouvoir) comptent le garder en prison jusqu’au lendemain de l’élection présidentielle de 2020, après que Faure Gnassingbé aura passé pour un 4ème mandat, soutient ledit mouvement.

Pour ce mouvement né lors de la crise sociopolitique dernière, il n’est pas question que le chef de l’Etat togolais, au pouvoir depuis 2005, passe pour un 4ème mandat en 2020. En tout cas, dans une déclaration liminaire ayant sanctionné mardi à Lomé leur conférence de presse, les jeunes dudit mouvement disent être ‘décidés’ et ‘résolus’ d’empêcher le ‘champion’ du parti au pouvoir, l’Union pour la République (UNIR), de faire un 4ème mandat à la tête du Togo.  

« Ils oublient que nous sommes des milliers de Satchivi au Togo. Ils ont beau priver notre leader de sa liberté, le 4ème mandat n'aura pas lieu. Nous sommes décidés et résolus à les priver de ce désir machiavélique », lit-on dans la déclaration.

Par la même occasion, ils ont tenu à mettre en garde les magistrats qui, au lieu d’être le ‘dernier rempart’, ne disent pas le droit.

« Nous les avertissons qu'un jour ou l'autre, ils seront appelés à répondre des verdicts qu'ils ont rendu et des poursuites qu'ils ont ou non engagé. Et, à ce moment, aucune excuse du genre ‘nous agissions sous les ordres ou sous contrainte’ ne sera accepté. Chacun d'entre eux sera tenu pour responsable des crimes crapuleux qu'ils ont et sont en train de commettre sous le couvert des lois », préviennent-ils.

En formant un pourvoi, Folly Satchivi, selon son mouvement, ne pense pas que la Cour suprême lui donnera raison en le libérant.

« Cela permettra de mettre, une fois encore à nu le visage de la justice togolaise et de révéler au monde son inféodation totale au régime en place et sa partialité dans les affaires opposants un citoyen et des membres du système », écrit le mouvement.

En tout cas, la lutte pour la libération du leader du mouvement ‘En aucun cas’ ne s’arrêtera pas au niveau de la haute juridiction. M. Satchivi envisage de saisir également la Cour de justice de la CEDEAO.

Selon le mouvement ‘En aucun cas’, le Groupe de travail des Nations-Unies sur la détention arbitraire statuera sur le cas de Folly Satchivi dans la semaine du 13 novembre 2019.

« Et si l'ONU en vient à juger sa détention arbitraire et injuste, le gouvernement n'aura d'autre choix que de se plier, à moins de vouloir aller en confrontation avec l'organisation mondiale », lance-t-il.

Read 1300 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…