09 Oct 2019

Togo : David Dosseh voit en la sortie de Bawara, une agitation face aux pressions sur Gnassingbé

Les sorties médiatiques des cadres du parti au pouvoir au Togo pour démontrer que Faure Gnassingbé doit se présenter pour un 4ème mandat, ne sont pas fortuites. Il y a péril en la demeure UNIR, c’est ce qui justifie ces sorties, notamment celle du ministre Gilbert Bawara. Cette lecture sur la question de la 4ème candidature de Faure Gnassingbé, est celle de Prof. David Dosseh. Le premier porte-parole du Front citoyen Togo debout (FCTD) pense que ces sorties sont comparables à des chants d'un cygne qui voit sa mort venir.

Des pressions viennent de part et d’autre pour demander à l’actuel chef de l’Etat togolais, de ne pas briguer un 4ème mandat en 2020. C’est le cas, a souligné le défenseur des droits de l’homme, de la conférence organisée il y a quelques jours à Niamey par NDI et à laquelle ont pris part, Mahamadou Issoufou, le  président en exercice de la CEDEAO, les praticiens du droit constitutionnel et des anciens chefs d’Etat.

« Il y a des choses qui se passent dans l'entourage de Faure Gnassingbé et c’est ce qui fait que des gens autour de lui s’agitent. On verra ce que lui-même prendra comme décision », a-t-il déclaré mercredi sur Nana FM.

Pour ce médecin, tout le monde a les yeux braqués sur le Togo. Si Faure Gnassingbé brigue un 4ème mandat, la voie serait ouverte à tout dans la sous-région quand on sait qu’en Guinée, il y a des velléités et même en Côte d’Ivoire, certains soupçonnent Alassane Ouattara d’avoir la volonté de briguer un 3ème  mandat.

Selon David Dosseh, quelles que soient les réformes qui ont été proposées en mai 2019, pour plusieurs raisons d’ordre moral, éthique, politique et juridique, le président Faure Gnassingbé, à la fin de son 3ème mandat, ne doit pas briguer un 4ème.

« Tout le monde reconnaît aujourd’hui que 3 mandats de 5 ans après le péché originel de 2005, c’est amplement suffisant. Briguer un 4ème mandat, c’est prendre la décision d’engager le Togo dans une période d’incertitude parce qu’on voudra démontrer à la face du pays et du monde qu’on fera tout pour conserver le pouvoir. On ne tiendra plus compte des préoccupations des citoyens. Et cela obligera certains à faire le choix d’autres options pour permettre une alternance politique dans notre pays », a-t-il lancé.

Pour ce Togolais, hormis les belles réalisations qu’il a faites (aérogare, routes), Faure Gnassingbé a enregistré des échecs à tous les niveaux, notamment au plan économique, social et éducatif. Il n’y a pas en 15 ans de pouvoir, un début de système d’industrialisation,

« Il s’agit tout simplement d’une situation calamiteuse », a-t-il dénoncé.

Read 1292 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…