13 Jun 2019

Togo : Adjamagbo veut couper les racines du régime de Gnassingbé avec 4000 ‘vigiles’

Dans 17 jours, le Togo connaîtra pour la première fois depuis 32 ans, des élections locales à l’issue desquelles seront élus des conseillers municipaux. Les quartiers généraux des partis politiques et des listes indépendantes se préparent activement. A la Convention démocratique des peuples africains (CDPA), on pense que le plus important, c’est d’empêcher le vol des voix des électeurs.

Le parti dirigé par Brigitte Adjamagbo Johnson arme depuis mercredi, au détour d’une formation politique, des militants. 71 au total, ces personnes qui seront aguerries ce jeudi, devront prendre d’assaut les 117 communes. A la veille des élections locales du 30 juin, ce sont 4000 personnes qui seront outillées  pour la mise en œuvre d’un ‘mécanisme de contrôle et vigilance’ à ces élections.

« Pour nous, il s’agira de ne pas se faire voler pour rien au monde pour que nous puissions aller couper les racines de ce régime. Aujourd’hui, nous devons prendre nos responsabilités de faire en sorte que ce régime qui ne veut pas partir et qui va s’organiser pour voler encore ces élections, qu’il ait en face de lui du répondant », a marqué la Secrétaire général de la CDPA.

La CDPA qui, selon elle, prône la démocratie et veut donner l’exemple dans la bonne gouvernance. « Mais au-delà, nous participons à ces élections dans le contexte d’une lutte qui a redémarré à nouveau depuis bientôt 2 ans à travers laquelle nous voulons mettre fin à ce régime », a souligné Mme Adjamagbo Johnson.

Cette formation démarrée mercredi, va, poursuivent les responsables de ce parti d’opposition,  se faire en cascade.

« Elle commence avec 71 formateurs. Ceux-ci vont se répartir dans les communes pour former d’autres formateurs qui à leur tour vont former d’autres personnes à la base. Le processus sera complètement terminé le 29 juin, à la veille des élections et touchera au moins 4000 personnes qui participeront au mécanisme de contrôle et de vigilance des élections. Elles ont n enjeu relatif au développement des populations. Au-delà, elles ont un enjeu éminemment politique qui est qu’elles vont permettre la démocratie au niveau local », a lancé la responsable du parti.

Pour information, la Convention démocratique des peuples africains (CDPA) prend part aux élections locales du 30 juin dans la coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise. Une entité qui était au-devant de la lutte politique démarrée en août 2017 par le Parti national panafricain (PNP) mais qui, au lendemain des élections législatives du 20 décembre 2018, s’est effritée. De 14, on en est à 7 partis politiques membres.

Read 576 times
Tagged under
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…