11 Jun 2019

Boukpessi sur la liste Bodjona :’une ONG apolitique n’a pas le droit de présenter des candidats’

Invalidée, la liste ‘Ensemble pour le Togo’ de Pascal Bodjona, l’ancien directeur de cabinet du chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, continue de défrayer la chronique à quelques jours des élections locales. L’actuel ministre de l’administration territoriale s’est longuement attardé mardi sur l’invalidation de cette liste.

Payadowa Boukpessi, dans un premier temps, a tenu à mettre les pendules à l’heure sur l’acceptation des listes de candidatures aux élections locales. Contrairement à ce qui se dit, a souligné le ministre, cette prérogative est du ressort de la Cour suprême et non ni de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), ni du ministère de l’administration territoriale. Selon lui, beaucoup de listes du parti au pouvoir, l’Union pour la République (UNIR) ont également été invalidées.

« Ce n’est pas parce que X n’est plus dans UNIR qu’on invalide sa liste. C’est la cour suprême qui le fait. Nous n’allons pas apprendre à cette cour ses droits. J’ai entendu des commentaires. Mais non, la CENI fait ses observations et la Cour suprême est suprême », a-t-il déclaré sur la radio Victoire FM.

Sur la question proprement dite de la liste ‘Ensemble pour le Togo’, le ministre a d’abord dit qu’il ne sait pas de quoi le journaliste parlait. « Je ne sais pas de quoi vous parlez. Je ne me permettrai pas de commenter les décisions de la justice, encore moins de la Cour suprême mais j’ai confiance en cette cour », a-t-il dit.

Ensuite, il est largement revenu sur cette question et s’est montré ‘direct’. Payadowa Boukpessi dit avoir été informé comme tout citoyen qu’il y a une plainte contre cette liste par le truchement de la presse. « Et après, on a appris auprès des tribunaux qu’il y a effectivement une plainte », a-t-il ajouté.

Enfin, pour le ministre, la liste dont il est question est une association apolitique qui n’a pas le droit de présenter des candidats à une élection. « Cette organisation est une ONG apolitique, donc n’a pas le droit de présenter des candidats. Si elle veut faire la politique, il faut la dissoudre et créer un parti politique. C’est mon analyse. La loi dit de donner le nom qu’on veut aux listes. Mais si on donne le nom d’une association apolitique pour dire qu’on va être candidats au nom d’une association, il y a un problème », a commenté M. Boukpessi.

Pour ceux qui souhaitent que les élections du 30 juin soient reportées, le ministre dit qu’il n’en est pas question. Selon lui, tout est prêt pour la tenue effective et sereine de ces élections, même si, a-t-il relevé, les spécimens des bulletins de vote ne seront pas prêts avant le début de la campagne électorale qui commence le vendredi 14 juin à minuit.

« On ne reportera pas les élections. Les pièces demandées sont claires. Si des candidats n’ont pas fourni les pièces demandées, ils ont échoué. Sinon, ce serait comme des candidats qui se présentent à un examen et le maître les appelle après la composition pour qu’ils reprennent. Si c’est cela, personne ne va échouer. Nous avons 11.400 candidats à ces élections. Combien de candidats les gens veulent ? », a-t-il martelé.  

Dans tous les cas, a-t-il ajouté, les bulletins de vote seront prêts pour le vote du 30 juin.

Payadowa Boukpessi  a fini par inviter les Togolais à faire nombreux le déplacement des centres de vote sur toute l’étendue du territoire le 30 juin prochain, pour choisir leurs conseillers municipaux.

Read 1010 times
Facebook Google Plus Twitter LinkedIn
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…